Bilan 2015

L’année 2015 a été contrastée à bien des égards. De grands bonheurs et de grandes tristesses ; la vie dans tout ce qu’elle a de plus joli et de plus cruel. Il y a bien-sûr eu les attentats qui nous ont tous remués de différentes manières : le 13 novembre, je passais la soirée le nez dans mes derniers cartons, préparant un peu à la dernière minute mon déménagement du lendemain. C’est un texto de Louise – tout va bien ? – qui m’a fait revenir au monde réel.

Et quel monde. Impossible de décrocher ensuite des informations, veillant tard dans la nuit en ayant l’impression surréaliste d’être dans un épisode d’Homeland. Pensant à mes amies qui vivent ou sortent régulièrement dans le 11ème. Pensant aussi à tous ces gens, loin de nous, qui endurent ça au quotidien dans des pays moins stables que le nôtre. Pensant à la préciosité, à la fragilité et à la fugacité de la vie. 1road trip ouest américainEt novembre m’aura maintenue dans un état d’esprit mêlé de tristesse, de nostalgie et d’élan de vie à la fois puisque j’ai perdu ma grand-mère maternelle deux semaines plus tard sans jamais avoir été la voir de tout son séjour à l’hôpital où elle était entrée pour une anémie ; une simple anémie aurais-je envie d’ajouter. Je n’avais pas exactement ce que l’on appellerait de bonnes relations avec elle, ce n’était pas quelqu’un de doué dans les relations humaines. Je sais qu’elle nous aimait ma sœur et moi mais elle ne le montrait pas ; et j’ai longtemps – pour ne pas dire toujours – été trop stupide pour ne pas aller au-delà de ça. Je n’avais pas envie de passer un dimanche chez elle car on s’y ennuyait, on y mangeait mal, et qu’elle ne semblait jamais heureuse de nous voir ? Je n’y allais pas. Oh, on ira la prochaine fois… 2amsterdamElle est a été admise à l’hôpital lorsque j’étais à Bali. Je l’ai eue au téléphone à mon retour et je lui ai promis à demi-mot que j’irai la voir avant mon déménagement. Et puis, la paresse et l’égoïsme. Les fausses excuses par dizaines. L’ironie de la vie, c’est que la veille de son décès, je me suis enfin décidée à y aller. C’était un samedi soir, je dînais avec mes parents et je leur ai annoncé que je les accompagnerai le lendemain, ça fera plaisir à Mémé et je lui dois bien ça. Et le dimanche matin, l’hôpital a téléphoné en nous prévenant qu’il fallait que l’on vienne rapidement. On a pas été assez rapide. L’ironie de la vie. Cette pute donneuse de leçons. 3roadtrip en ecosseJ’ai beaucoup pleuré, répétant que pourtant je n’étais pas si attachée à elle. Mais avec elle s’en est allée une partie de moi et de mon histoire. Elle me demandait sans cesse quand est-ce qu’elle me verrait « en blanc » et j’ai bêtement pleuré de n’avoir pas pu lui offrir, j’étais soudain submergée d’un flot de regrets et de remords. Et puis, j’ai pensé à ma Nonna, ma grand-mère maternelle, celle que je chéris plus que tout et qui vit à 1200 kilomètres de moi, en Italie, où je ne vais qu’une fois par an, l’été car l’hiver c’est déprimant. Fichu égoïsme, hein ?4Roadtrip en Ecosse - L'île de SkyeMais cette année, ma première bonne résolution (je n’en prends habituellement pas mais ça suffit les conneries) a été de décider d’aller plus souvent la voir et de l’appeler chaque semaine, rien que pour entendre le sourire dans sa voix quand à son « pronto ? » je réponds : bonjour Nonna, c’est Laëtitia.

Pour profiter et ne pas regretter, l’écouter encore et toujours nous raconter quand elle vivait sur la collina avant la guerre, comment elle a appris le français en écoutant la radio quand elle est arrivée à Valenciennes pour fuir la dictature de Mussolini à 19 ans avec rien qu’une petite valise, la complimenter sur sa cuisine (la meilleure du monde), apprendre la couture à ses côtés, la voir rire quand on lui pique ses lunettes, celles qui font des gros yeux mais c’est juste pour lire les étiquettes, pour faire les pitres et lui dire chaque soir : buona notte Nonna, fai sogni d’oro. A domani ! Et sa voix douce qui répond à son tour, a domani carina della nonna.5toque topshopSi vous saviez à quel point elle m’est précieuse et à quel point je n’arrive pas à lui dire – salut la famille handicapé des sentiments. Enfin si, je lui répète que j’espère lui ressembler quand j’aurais 87 ans et que j’ai énormément d’admiration pour elle. Je voudrais bien la rendre immortelle mais je ne suis rien qu’une moldu alors je vais plutôt passer le plus de temps possible avec elle avant que la vie ne me l’arrache.6Pont alexandre IIIVoilà ce qui m’a amenée à reconsidérer comment j’envisageais la vie et mon quotidien plus globalement. Mon volontariat à Bali – dont je vous parlerai dans les semaines à venir – m’a aussi fait énormément grandir.

Pour la première fois, je voyageais seule, très loin de mes proches et en Asie où je n’avais jamais mis les pieds. Même si j’estime être une personne indépendante, j’ai eu peur et mille doutes m’ont assaillie lorsque j’ai validé la commande de mes billets d’avion.C’est l’estomac noué que je suis montée dans l’avion et ce sont les nerfs qui ont lâchés lorsque je suis arrivée en pleine nuit après 19 heures de voyage dans la maison des volontaires, qu’aucun lit n’était disponible et que j’ai dû dormir en plein milieu d’un passage.

La chaleur moite, les nouveaux bruits auxquels il faut s’habituer, le confort que je savais sommaire mais quand même et la fatigue m’ont tiré quelques larmes ainsi qu’un puissant sentiment de ne pas être à ma place : bordel ! dans quoi je me suis embarquée ? qu’est-ce que je veux me prouver à l’autre bout du monde ? Ça va être long trois semaines. 7En fait non, trois semaines c’était très court. Je suis revenue plus sereine, plus forte que je ne le pensais ou disons plus sûre de moi. Grande nouvelle : je me suffis à moi-même ! Je n’ai besoin de personne pour vivre de belles choses et même si j’aurais voulu partager certains moments avec mon entourage (comme cette rencontre absolument magique près de la barrière de corail à Gili Air avec une tortue de mer que j’observais depuis plusieurs minutes en snorkeling et qui est remontée à la surface à portée de ma main – dans ma tête, c’était un feu d’artifices et de oh putain, oh putain, oh putain), je suis heureuse de les avoir vécus et de pouvoir garder ces belles photographies mentales rien que pour moi.8les jardins weledaCe volontariat m’a rendue moins sauvage, plus avenante (et dieu sait que je partais de loin), plus positive, plus souriante, plus solide et plus indulgente. Voyager seule est la meilleure chose qui me soit arrivée en 2015 et je sais que je recommencerai. Peut-être pas dans le cadre d’un volontariat mais oui, je recommencerai. 9Dans mon bilan 2014, je pressentais que l’année qui vient de s’écouler allait être celle du changement, à raison. Mon travail a évolué positivement : j’ai trouvé de nouveaux clients après m’être reposée sur mes lauriers, j’ai su mieux encore identifier ce que j’aimais faire et ce que je n’aimais pas. Mais en 2015, j’ai aussi trop travaillé. Des nocturnes, des week-ends inexistants et des vacances prises avec culpabilité. Je ne savais plus m’arrêter, le piège classique du freelance. J’ai envie que ça change en 2016, passer plus de temps avec les gens que j’aime et déconnecter davantage. swarovski shootingJ’ai un projet un peu fou auquel je ne sais pas encore comment donner vie. Mais il est là, quelque part dans un coin de ma tête. Je suis dans le même état d’esprit qu’à l’aube de 2015 : je ne veux pas subir, vivoter, attendre de faire de vieux os parce que je flippe, parce que c’est confortable là maintenant tout de suite. Vous le savez, on a qu’une seule vie et elle est courte mais si l’on est courageux, curieux, elle suffira. On ne peut pas se lever chaque matin en se disant ça mais une piqûre de rappel de temps en temps ne peut pas faire de mal. Pas vrai ?10Mon travail en freelance a donc pris beaucoup de place et le rythme de publications ici a considérablement baissé. J’aimerais que ce soit différent en 2016 et revenir à deux ou trois articles hebdomadaires ; des qui font réfléchir, qui libèrent l’esprit, des sérieux et des moins sérieux. J’espère aussi pouvoir tenir ma promesse d’aborder à nouveau le sujet de l’éthique animale. C’était déjà un souhait en 2015… Souhaitons que cette année soit plus productive de ce point de vue et que cette fichue paralysie lorsqu’il s’agit de prendre la plume pour des sujets aussi importants s’envole !

11En 2015, j’ai beaucoup voyagé pour mon plus grand plaisir : la grise Amsterdam, la fabuleuse Ecosse, la vertigineuse Côte Amalfitaine dont les photos dorment encore dans un dossier en attendant d’être traitées, l’irrésistible Copenhague et la divine Bali bien-sûr. Pour les 360 et quelques jours (ok, on est le 19 janvier donc c’est un peu moins) à venir, je m’en souhaite d’autres, beaucoup d’autres. Voyager est une véritable drogue, sachez-le. 12J’aimerais concrétiser mes envies grandissantes de grands espaces et faire un nouveau road trip, en Colombie-Britannique et en Alberta – en van pourquoi pas, l’expérience de Juliette a piqué ma curiosité. N’empêche que je rêve toujours de l’Oregon, de la Nouvelle-Zélande et d’Islande ; mais d’autres destinations s’y sont ajoutées comme le Japon, l’Afrique du Sud, la Birmanie, le Népal, le Sri Lanka, le Montana et en fin de compte, tous les Etats-Unis. La Californie restant l’un de mes plus beaux voyages. Bon eh bien, il va falloir jouer au loto. 13Physiquement parlant, l’année dernière j’ai coupé mes cheveux. Beaucoup. J’avais tenté le roux en 2014 et ce changement qui n’a duré qu’un temps m’avait fait du bien mais je voulais aller plus loin. Je n’ai eu aucun mal à m’habituer à ma nouvelle tête et je crois que j’avais envie d’un carré depuis tellement longtemps que je me voyais déjà avec. Et pourtant, pendant des années il était hors de question que l’on touche à mes cheveux ! 15J’étais de celles qui vont chez le coiffeur pour couper juste les pointes hein. Parce que c’était un symbole de féminité à mes yeux – et aux yeux des autres ? Peut-être. J’ai trouvé ça très libérateur alors que j’ai longtemps fantasmé sur les chevelures à la Brigitte Bardot, comme celle de Haleigh.

Je me disais que la longueur adoucissait forcément mon visage que je trouvais trop anguleux, les pommettes trop saillantes. Un peu traumatisée de cette fois, adolescente, dans un escalator à Châtelet, où un garçon devant moi avait chuchoté à ses deux amies, elle est jolie la fille derrière, et que l’une d’elle avait répondu tout fort : tu rigoles ou quoi, on dirait un travelo ! Je vous jure, cette phrase s’est imprimée en moi au feutre indélébile. De là à dire que c’est pour ça que mes cheveux, c’était sacré ? Je n’en sais rien mais depuis que j’ai les cheveux courts – et ce même si ma longueur me manque parfois – je les aime de plus en plus courts.14Le blog va bientôt changer de visage lui aussi. Je vous en parle depuis plusieurs mois : on y est presque et j’ai hâte que mon nouveau chez moi virtuel soit en ligne. J’aime l’ancien avec tendresse mais j’ai grandi (oui bon, vieilli) et il est grand temps d’écrire une nouvelle page. Avec la talentueuse Nathalie nous avons longuement travaillé pour que ça ressemble à tout ce que j’aime et qui ne devrait pas changer demain la veille : la nature, les animaux, la verdure, et les grands espaces qui invitent à prendre une grande inspiration. Vous me direz ;)

Je termine ce trop long article en partageant avec vous mes petites et grandes ambitions en 2016 ; les écrire ici me mettra peut-être la pression suffisante pour concrétiser mes envies ? Après tout, en 2015 je vous avais bien dit que je voulais partir faire un volontariat depuis longtemps et que j’espérais le faire cette année… Eh bien voilà.
16week-end à copenhague

Mes objectifs en 2016 seraient pêle-mêle

  • Continuer à persévérer en photographie : mieux composer, être plus réactive pour faire mes réglages, oser (combien de fois je laisse mon reflex dans mon sac de peur de me faire remarquer ?) et mieux exploiter Lightroom.
  • Apprendre en autodidacte la vidéo : dompter le satané steadicam reçu à Noël pour filmer de belles images stables, et surtout mieux gérer le montage. Ah et puis, je vous l’avais déjà dit, mais manier un petit drone ça me plairait bien.
  • Lire et écrire davantage, et ne pas me décourager dans l’écriture comme j’ai coutume de le faire depuis trop longtemps.

17pique nique my little day

  • Aller dans l’Ouest canadien et oublier tout le reste. Un sac à dos, un appareil photo, des chaussures de marche, les forêts, les baleines, les ours, les montagnes, les ponts suspendus, basta.
  • Retrouver un cours de danse classique dans ma nouvelle région et pourquoi pas de yoga ainsi que d’apnée dynamique à laquelle mon amie qui vit à Bali m’a initiée. C’est tellement bien ! Ça détend et donne une confiance folle en soi. Cliquez ici pour mieux visualiser ce que c’est ;)
  • Refaire un voyage en solitaire. En Asie certainement car je m’y suis sentie en sécurité et que c’est une culture si différente de la nôtre, riche et intéressante.

20

  • Continuer le défi gratitude lancé par Anouchka en décembre qui m’avait plu – bien que je ne m’y sois pas vraiment tenue – et consigner chaque jour un événement positif de ma journée pour relativiser, toujours.
  • Reprendre sérieusement la course parce que sur la bucket list de ma vie, j’ai noté : courir un marathon. Donc, il s’agirait de ne pas mollir. Quand j’aurais réglé ce problème de genou droit qui coince depuis 3 ans.

18On va s’arrêter là et on se donne rendez-vous début 2017 pour faire un nouveau bilan ! Et vous dites-moi, qu’avez-vous accompli et appris en 2015 ? Quels sont vos objectifs pour cette nouvelle année ? Jeudi, on restera dans la thématique bilan – oui, j’ai un mois de retard mais hein oh – avec le Beauty Best of 2015. En attendant, passez une belle journée.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Pin It

32 idées cadeaux de Noël pour les hommes

Je ne sais pas vous, mais je sèche toujours lorsqu’il s’agit d’idées cadeaux de Noël pour les hommes. Enfin, non. J’ai des idées mais je ne suis jamais certaine de faire plaisir à 100 % car à la question « Tu veux quoi à Noël ? », on me sert un « Oh, je ne sais pas. J’ai besoin de rien ». Et c’est là qu’il faut improviser ! Alors si comme moi, vous ne savez jamais vraiment quoi acheter, voici 32 idées pour tous les budgets et surtout, pour faire plaisir.

Vous y trouverez des cadeaux pour tous les âges et bien-sûr, j’y ai mis ma patte avec des petites choses qui incitent à mieux consommer et pour faire découvrir des marques alternatives qui méritent d’être soutenues comme l’eau de Cologne Hévéa, la sacoche d’ordinateur vegan Matt & Nat, le coffret d’aromathérapie Neom Organics, etc. J’espère que vous y trouverez votre bonheur et sachez qu’il n’est pas trop tard pour commander ses cadeaux de Noël en ligne ;)

idées cadeaux de Noël pour les hommes

  • Eau de Cologne bio au vétiver Hévéa – 69 €
  • Sacoche d’ordinateur vegan Matt & Nat – 140 €
  • WACOM Bamboo Spark (l’objet trop cool : tu écris, gribouilles, dessines sur le papier et ça se transfère illico sur ton smartphone – fonctionne avec iOS et Android) – 159,90 €
  • House of Cards, l’intégrale de la saison 1, 2 et 3 en Blu-ray – 45,99 €
  • Kit rasage The Body Shop (1coffret Noël acheté = 1 jour d’eau potable pour une famille en Ethiopie) – 39 €
  • Gilet à grosses mailles Esprit – 79,99 €

idées cadeaux de Noël pour les hommes

  • Caban Petit Bateau – 300 €
  • Pulsomètre Polar – 209,90 €
  • Derbies vegan Bourgeois Boheme – 231,20 €
  • Fujifilm Insta max Mini 90 – 168 €
  • Diffuseur d’huiles essentielles Nature & Découvertes pour bureau et voiture – 23,95 €
  • Boulettes & Galettes sans viande – 9,95 €
  • Lampe de bureau Maisons du monde – 79,99 €

Iidées cadeaux de Noël pour les hommes

  • Monopoly Star Wars – 49 €
  • Drone Parrot caméra incluse – 399,99 €
  • Coffret Energy Boosting Neom Organics – 26 €
  • Livre Cuisine des saisons – 15,90 €
  • Carnet Moleskine dont 5 % du prix de vente est reversé au Fonds mondial de lutte contre le sida – 22,90 €
  • Bobine décorative Maisons du monde – 49,99 €
  • Pull à torsades Soft Grey – 38,49 €

idées cadeaux de Noël pour les hommes

  • Sac à dos Little America Herschel Supply co. – 85 €
  • Polo Star Wars Jack & Jones – 39,95 €
  • Coffret parfum Caron – 84,95 €
  • Bonnet Herschel Supply co. – 28 €
  • Birchbox monsieur en édition limitée – 34 €
  • Coffret Nolan 6 films – 45,99 €

idées cadeaux de Noël pour les hommes

  • Caricaturistes : Fantassins de la démocratie – 22,90 €
  • Pack GoPro Hero 4 Silver – 523,96 €
  • Gastronogeek : 42 recettes inspirées des cultures de l’imaginaire – 22,50 €
  • Tasse Wild & Wolf – 13 €
  • Comment ne pas devenir un vieux con – 10 €
  • Coffret Noël de 54 mousselines Le Palais des thés – 37 €

Je vous souhaite une très belle journée et vous retrouve bientôt ! :)

Rendez-vous sur Hellocoton !
Pin It