Lovely Pretty Stuff #26

Un bon mois s’est écoulé depuis le dernier Lovely Pretty Stuff, place à sa 26ème édition – ça fait un peu pompeux de dire ça mais bon – j’ai plein de jolies choses à partager avec vous. Et une qui ne mérite pas forcément ce qualificatif mais elle a sa place ici, vous verrez. Au programme : de doux moments qui ont jalonnés mon quotidien ce dernier mois. Je suis soulagée d’être enfin en mars et de me dire qu’il ne reste plus que deux grosses semaines avant le printemps, franchement je n’en peux plus de cet hiver et de la nuit qui tombe trop tôt. Pas vous ?

Je vais passer la semaine à beaucoup travailler mais la perspective de m’envoler en Ecosse dans quelques jours me réjouit énormément ! La control freak de l’organisation que je suis a tout booké, il ne me reste plus qu’à apprécier et en prendre plein les yeux. J’en profite pour remercier ici une poignée d’entre vous qui m’ont fait parvenir leurs bons plans et leurs bonnes adresses qui m’ont servis et vont me servir. Vous êtes des cœurs ! ♥

bijoux 7bis chatOn commence par un petit cadeau pour vous. La marque de bijoux fantaisie 7bis que vous pourrez retrouver sur l’e-shop de Delphine tout court m’a envoyé sa parure chat complète afin de vous gâter. Sur Instagram, j’offre la bague, les boucles d’oreilles ainsi que le bracelet. Le collier sera à gagner dès demain sur la page Facebook avec d’autres surprises… 

08022015-ELM_4244Les petits coussinets aux couleurs inégales de Berlioz <3

bottes aigles imperméable petit bateauParée pour l’Ecosse, je suis ! Nous partons samedi prochain, j’ai acheté une paire de jolies bottes en caoutchouc Aigle (et je vous explique ici pourquoi ça m’ennuie quand même de leur avoir donné mes sous – ils utilisent de la fourrure de raton-laveur sur leurs cols de manteaux, n’hésitez pas à leur écrire ici pour exprimer votre désaccord avec ça) ainsi qu’un imperméable Petit Bateau. J’irai chez Uniqlo la semaine prochaine pour acquérir l’une de leur doudoune ultra légère et hop, la pluie et le froid n’auront pas raison de moi. 

pointes dans classiqueÉtrenner une nouvelle paire de pointes. Et souffrir. J’essaie de faire 5 à 10 minutes d’exercices par jour mais il n’est pas rare que j’oublie. Ah, c’est pas comme ça que je vais devenir la nouvelle Dorothée Gilbert hein – comment ça, c’est trop tard ? 

Quand je disais qu’il y allait avoir une chose que l’on ne peut pas qualifier de « jolie » dans cet article, en réalité, il y en a deux. Cette vidéo réalisée pour sensibiliser la population indienne au viol montre un mal qui est aussi occidental : blâmer les victimes. Se demande-t-on quand un homme a été agressé s’il a eu l’attitude adéquate, quelle tenue portait-il et a-t-il envoyé les mauvais signaux ? Non. Enfin, j’enfonce ici des portes ouvertes car vous êtes en très grande majorité des filles à me lire mais n’hésitez pas à partager la vidéo à vos proches masculins.

21022015-ELM_4863La belle invitation de Lov Organic pour sa Hygge Night qui a eu lieu jeudi. C’était une agréable soirée où j’ai appris quelques bases de la photo culinaire avec Cyrielle (le résultat ici) et préparé un cadeau à l’atelier d’Astrid. Ah, et j’ai aussi mangé un cinnamon rolls de chez Rroll et moi qui pourtant déteste la cannelle, c’était hyper bon – je regrette de ne pas en avoir pris un second en repartant, pour la route.

hygge night« L’amour sans une certaine folie ne vaut pas une sardine », c’est la sublime carte de la papeterie Letter Press de Paris qui collabore régulièrement avec des illustrateurs indépendants. Le résultat est sublime et la qualité au rendez-vous. On peut y faire réaliser ses faire-parts, ses cartes de visite ou tout simplement acheter des cartes d’anniversaire, de voeux, toussa. C’est le prix de ce que l’on trouve ailleurs mais là, on fait marcher une entreprise française.

la magie du rangementLes Editions First m’ont fait parvenir cette semaine le best-seller de Marie Kondo, une japonaise qui nous apprend à faire du tri chez nous pour nous y sentir mieux, se libérer l’esprit et être plus heureux. Je suis très septique (et le titre me file un peu de l’urticaire) mais je suis assez curieuse. Je vous en reparle ou ça ne vous intéresse pas tellement ?

Ma très récente découverte musicale, c’est Mumford & Sons. Un groupe de rock folk britannique dont l’album Babel enchante mes oreilles depuis quelques jours – il est dispo sur Spotify. En cherchant une vidéo pour vous en parler, je suis tombée sur celle ci-dessus, complètement déjantée où les chanteurs du groupe sont remplacés par des acteurs. Je vous laisse constater par vous-même ;)

bougies produceProduce Candles, ce sont des bougies réalisées avec des cires 100 % végétales et inspirées des parfums que l’on peut respirer chez le primeur : tomate, patate douce, coriandre, rhubarbe, melon, chou kale, fleurs sauvages, etc. Leur packaging est parfait en plus (on peut facilement les recycler une fois la ciré envolée). J’ai commandé les parfums Miel et Radis qui sent la terre mouillée ou l’herbe coupée. Elles se diffusent vraiment bien. Coup de cœur confirmé pour cette marque !

itw feminin bioJ’ai répondu il y a quelques semaines à une dizaine de questions pour le magazine iPad Feminin Bio.
Vous pouvez la retrouver dedans ou la lire ici, si comme moi ben vous n’avez pas d’iPad. Lavera miel amandeCe duo de bain, gel douche* et lait pour le corps*, Lavera à la senteur régressive miel et amandes ne me quitte plus. Cela fait maintenant quelques semaines qu’ils sont mes réconfortants compagnons du soir pour le plus grand plaisir de ma peau et de mes narines aussi. 

l214 salon de l'agricultureJe m’excuse d’avance pour la violence de cette image qui n’est rien moins que la réalité de la consommation carnée. Jeudi, mon amoureux était sur place pour photographier l’action menée par L214 pour sensibiliser les visiteurs du Salon de l’agriculture. Vous savez mon engagement envers une consommation plus respectueuse des animaux, j’enfonce donc le clou et espère que vous retiendrez la phrase sur cette photo. Aucun jugement, juste la volonté d’ouvrir des yeux :)

J’espère que vous avez passé un beau week-end et que vous êtes d’aplomb pour la semaine. De mon côté, il va bien falloir : j’ai deux nouveaux chouettes clients dont j’assure le community management et plus que jamais, j’apprends le mot « organisation ». La semaine en Ecosse va me permettre de faire une vraie coupure pour être plus productive et efficace. Go !

Je vous donne rendez-vous mardi pour l’article consacré à mon changement éphémère capillaire que vous êtes nombreuses (enfin, tout est relatif, une dizaine disons) à m’avoir demandé. Passez une belle soirée et une bonne semaine.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Pin It

Une parenthèse amstellodamoise

Il y a un petit moins de trois semaines, je grimpais dans un Thalys avec Yasmine pour quelques jours dans la capitale hollandaise que je ne connaissais pas encore. Je n’attendais rien en particulier de mon séjour, j’avais juste envie de changer un peu d’air, de souffler et de voir ces si fameux gracht, canaux en néerlandais, et les jolies maisons dont on s’inspire pour faire des photophores – oui bah, on a les références qu’on peut.

La magie n’a pas opérée, pas de coup de cœur sans que je sache vraiment l’expliquer (le soleil qui n’a pas percé la chape grise qui était au-dessus de nos têtes peut-être ?) mais pourtant, j’ai adoré ce que j’ai pu apercevoir du mode de vie des amstellodamois toujours sur leurs vélos – leur nombre est absolument dingue, il y en a vraiment partout et ce n’est pas étonnant quand on sait que pour 730 000 habitants, on compte 600 000 vélos) – et selon toute vraisemblance très eco-friendly, et puis il faut bien le dire : j’ai super bien mangé !

C’est une ville à taille humaine, les gens sont polis, gentils, ça sent un peu trop le cannabis dans les rues (et j’ai horreur de ça), il y a des chats mignons, des guirlandes presque à toutes les fenêtres, toutes les portes ; et Amsterdam m’a beaucoup séduite la nuit, avec toutes ses lumières. J’ai vite arrêté de compter la multitude d’enseignes qui donnent envie (ils sont hyper au fait du design, le moindre petit café a une identité visuelle travaillée, j’exagère à peine), les petites boutiques de créateurs cool et indépendants. Il y avait beaucoup de choses qui me plaisaient et pourtant.

Du coup, je vous l’avoue, pour la première fois ici, vous raconter mon séjour ne m’enthousiasme pas plus que ça et je ne sais quoi trop vous dire. J’ai même hésité, quand je voyais que je traînais trop de la patte pour développer mes photos, à vous en parler. Mais je me dis que ce serait dommage (et puis je vous l’avais promis sur la page Facebook alors ça n’aurait pas été très sérieux) et je suis bien décidée à ne pas rester sur cette pâle impression en y retournant pendant une saison plus clémente où il y aura du soleil (au moins un peu), que les arbres seront verts et que je ne serai pas engoncée dans des vêtements d’hiver.

amsterdamamsterdamvélos amsterdamchat amsterdamamsterdamamsterdamNous avons passé notre première après-midi à flâner dans le centre de la ville avec dans l’idée d’aller jeter un œil à  ce que fut la maison de Rembrandt. Une visite que j’ai adorée : on a de la graine à prendre d’eux en terme de muséographie. C’est bien pensé, l’audio-guide est intéressant sans être barbant, le parcours est fluide, on en apprend sur la vie du peintre et plus généralement, celles des artistes de l’époque – bien que Rembrandt fut très privilégié, à simplement en juger de tout ce qu’il collectionnait à titre personnel.

Si vous arrivez suffisamment tôt, vous pourrez participer à des workshops de gravure au dernier étage ou simplement assister à une démonstration. Le personnel du musée est adorable, toujours souriant et enthousiaste, qu’est-ce que ça fait plaisir à voir ! D’ailleurs, à chaque fois que je visite un pays disons du Nord, je me fais cette réflexion : ils sont plus accueillants et chaleureux que ceux du Sud. Bon, je déteste nourrir ce genre d’idées mais je fais le constat souvent bien malgré moi.

musée rembrandt amsterdammusée rembrandt amsterdammusée rembrandt amsterdamEn sortant, la nuit tombait peu à peu alors nous nous sommes réfugiées au chaud dans un café pour y boire un chocolat, s’y sentir bien et y rester pour partager un verre de Prosecco (c’était pas tout de suite après le chocolat chaud hein) avec quelques sticks de fromage frit. Et vous savez quoi ?

Quand nous sommes ressorties, c’était pour aller manger une pizza chez La Perla, une adresse que conseillait Louise dans son city guide d’Amsterdam. En toute honnêteté, elle vaut très largement celles que l’on peut manger en Italie : pâte raisonnablement fine, bien cuite, ingrédients savoureux, ni trop ni pas assez de tomate et de fromage, bien équilibrée et c’est une Docteur ès pizza margherita qui vous le dit.amsterdam09022015-ELM_4451amsterdamamsterdamAprès cette première journée en douceur, nous sommes rentrées à l’appartement Airbnb que nous avions loué (chouette mais pas fou, j’aurais mille fois préféré celui-ci qui n’était malheureusement pas disponible à nos dates) pour – ça n’engage que moi – somnoler devant le premier épisode de Better Call Saul.amsterdamamsterdamamsterdam chatamsterdamLe deuxième jour, après un petit-déjeuner chez Rogh’s Deli, nous étions en marche pour le Cabinet des chats mais à notre très grande déception, il était en travaux jusqu’au 17 février… Tout pour nous embêter hein ! Nous avons donc décidé d’aller flâner dans le très joli quartier de Jordaan qui a beaucoup de charme et de faire du lèche-vitrine devant toutes les chouettes boutiques de la rue d’Haarlemmerdijk que recommandait Victoria. J’ai franchement été raisonnable : je n’ai rien acheté. Rien, nada, niente, et pourtant, les tentations sont grandes.

amsterdamamsterdamamsterdamamsterdamA Amsterdam, ce qu’il y a de plus beau, c’est indéniablement les maisons. Trois petites curiosités à leur sujet : l’absence quasi totale de rideaux qui est assez perturbante quand on a pas l’habitude (sont pas très pudiques dites donc) ; si vous regardez bien, on remarque au sommet de chaque maison une sorte de crochet auquel on accroche une poulie lors de déménagements ou pour faire passer des objets volumineux par la fenêtre lorsque c’est impossible par les couloirs étroits des demeures (à ce propos, si elles sont si peu larges, c’est car autrefois-jadis-dans-le-temps-il-y-a-fort-longtemps, la ville taxait les habitations en fonction de la taille de leur façade. Eh oui Jamy ! D’ailleurs, on trouve à Amsterdam, la maison la plus étroite d’Europe puisqu’elle fait à peine 2 mètres de large) ; et enfin, certaines sont penchées vers l’avant tout simplement pour faciliter le travail de la poulie.

Fermons cette parenthèse et revenons à notre balade qui s’est principalement concentrée autour des canaux, qui seraient tellement plus photogéniques sans toutes ces voitures garées autour. Pour le déjeuner, nous avons été nous sustenter au restaurant végétarien De Bolhoaed où un adorable chat prénommé Bore – ou quelque chose dans ce goût-là – nous a accompagné. C’était très bon, le personnel sympa et puis bah, il faut bien admettre qu’on est surtout entrer pour le chat.

amsterdamamsterdamamsterdamamsterdamamsterdamLa visite s’est poursuivie en suivant les canaux en escargot, il pleuviottait et faisait toujours tristement gris. Quelques emplettes de réglisse plus tard (que j’ai finalement offert à mon père car blindée de gélatine, supayre), je suis allée me perdre dans les rues, tombant tour à tour sur des boutiques tentantes dont celles de Hay où tout est beaucoup trop joli et cher, ainsi qu’un pancake shop (« the best in town », mais c’est écrit sur à peu près toutes les façades de tous les restaurants, hem) The Happy Pig où j’ai savouré une gaufre bien grasse et chocolatée – je ne me suis pas pesée en rentrant de ces 3 jours mais à mon avis… haha.

J’ai rejoint à nouveau Yasmine ensuite pour faire une croisière de nuit sur les canaux que je vous recommande. Ça coûte 19 € pour 1h30, une boisson et grignotage inclus, et on en apprend plus sur l’histoire de la ville en écoutant un vieux couple fictif, c’est vraiment une fois de plus, bien pensé.

amsterdamLe lendemain, troisième et dernier jour, nous avons continué nos pérégrinations après un copieux petit-déjeuner chez Vlaamsch Broodhuys (atchoum) dans le quartier De Pijp. On en a profité pour faire enfin un peu de shopping au Albert Cuypmarkt qui est le plus grand marché public des Pays-Bas (parfait pour rapporter gouda, fleurs, et compagnie) et dans le magasin bio Marqt où j’ai trouvé du gouda sans présure (pour rappel, c’est ce qui est utilisé dans la fermentation du fromage et qui est extrait de l’estomac de veau) et ça, c’est une première, des bonbons sans gélatine, des graines de chanvre, etc. C’était un vrai petit paradis, très dommage que nous n’ayons pas l’équivalent en France.

amsterdamamsterdamtulipes amsterdamEt c’est ainsi que s’achève ma parenthèse amstellodamoise en demi-teinte. Comme après une chute à cheval, il va falloir que j’y retourne avec l’amoureux ou ma sœur au printemps pour me défaire de cette impression mitigée. Ça m’a fait un peu penser au voyage en Irlande que j’avais fait lorsque j’étais au collège qui m’avait vaccinée contre ce pays pendant très longtemps… Bon, pas de la même façon mais vous voyez, quand il n’y a pas la flamme.

Toutefois, je vais nuancer car il y a quand même eu une petite étincelle puisque je suis prête à laisser à la ville une deuxième chance. Bon, et vous alors ? Avez-vous déjà visité Amsterdam ? Quelles ont été vos impressions ? Amoureuse ou pas ? Je vous préparerai un city guide simple dans cette section mais avant, il faut vraiment que je m’attelle à celui du road trip ouest américain !

Je vous souhaite une excellente fin de semaine et je vous dis à dimanche pour le 26ème Lovely Pretty Stuff – et moi, je vais me coucher car présentement, quand je tape ces derniers mots, il est plus de 3h du matin. Je vais bientôt être debout depuis 24 heures et je me fais trop vieille pour ça.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Pin It