Réflexions

Bilan 2015

19 janvier 2016

L’année 2015 a été contrastée à bien des égards. De grands bonheurs et de grandes tristesses ; la vie dans tout ce qu’elle a de plus joli et de plus cruel. Il y a bien-sûr eu les attentats qui nous ont tous remués de différentes manières : le 13 novembre, je passais la soirée le nez dans mes derniers cartons, préparant un peu à la dernière minute mon déménagement du lendemain. C’est un texto de Louise – tout va bien ? – qui m’a fait revenir au monde réel.

Et quel monde. Impossible de décrocher ensuite des informations, veillant tard dans la nuit en ayant l’impression surréaliste d’être dans un épisode d’Homeland. Pensant à mes amies qui vivent ou sortent régulièrement dans le 11ème. Pensant aussi à tous ces gens, loin de nous, qui endurent ça au quotidien dans des pays moins stables que le nôtre. Pensant à la préciosité, à la fragilité et à la fugacité de la vie. 1road trip ouest américainEt novembre m’aura maintenue dans un état d’esprit mêlé de tristesse, de nostalgie et d’élan de vie à la fois puisque j’ai perdu ma grand-mère maternelle deux semaines plus tard sans jamais avoir été la voir de tout son séjour à l’hôpital où elle était entrée pour une anémie ; une simple anémie aurais-je envie d’ajouter. Je n’avais pas exactement ce que l’on appellerait de bonnes relations avec elle, ce n’était pas quelqu’un de doué dans les relations humaines. Je sais qu’elle nous aimait ma sœur et moi mais elle ne le montrait pas ; et j’ai longtemps – pour ne pas dire toujours – été trop stupide pour ne pas aller au-delà de ça. Je n’avais pas envie de passer un dimanche chez elle car on s’y ennuyait, on y mangeait mal, et qu’elle ne semblait jamais heureuse de nous voir ? Je n’y allais pas. Oh, on ira la prochaine fois… 2amsterdamElle est a été admise à l’hôpital lorsque j’étais à Bali. Je l’ai eue au téléphone à mon retour et je lui ai promis à demi-mot que j’irai la voir avant mon déménagement. Et puis, la paresse et l’égoïsme. Les fausses excuses par dizaines. L’ironie de la vie, c’est que la veille de son décès, je me suis enfin décidée à y aller. C’était un samedi soir, je dînais avec mes parents et je leur ai annoncé que je les accompagnerai le lendemain, ça fera plaisir à Mémé et je lui dois bien ça. Et le dimanche matin, l’hôpital a téléphoné en nous prévenant qu’il fallait que l’on vienne rapidement. On a pas été assez rapide. L’ironie de la vie. Cette pute donneuse de leçons. 3roadtrip en ecosseJ’ai beaucoup pleuré, répétant que pourtant je n’étais pas si attachée à elle. Mais avec elle s’en est allée une partie de moi et de mon histoire. Elle me demandait sans cesse quand est-ce qu’elle me verrait « en blanc » et j’ai bêtement pleuré de n’avoir pas pu lui offrir, j’étais soudain submergée d’un flot de regrets et de remords. Et puis, j’ai pensé à ma Nonna, ma grand-mère maternelle, celle que je chéris plus que tout et qui vit à 1200 kilomètres de moi, en Italie, où je ne vais qu’une fois par an, l’été car l’hiver c’est déprimant. Fichu égoïsme, hein ?4Roadtrip en Ecosse - L'île de SkyeMais cette année, ma première bonne résolution (je n’en prends habituellement pas mais ça suffit les conneries) a été de décider d’aller plus souvent la voir et de l’appeler chaque semaine, rien que pour entendre le sourire dans sa voix quand à son « pronto ? » je réponds : bonjour Nonna, c’est Laëtitia.

Pour profiter et ne pas regretter, l’écouter encore et toujours nous raconter quand elle vivait sur la collina avant la guerre, comment elle a appris le français en écoutant la radio quand elle est arrivée à Valenciennes pour fuir la dictature de Mussolini à 19 ans avec rien qu’une petite valise, la complimenter sur sa cuisine (la meilleure du monde), apprendre la couture à ses côtés, la voir rire quand on lui pique ses lunettes, celles qui font des gros yeux mais c’est juste pour lire les étiquettes, pour faire les pitres et lui dire chaque soir : buona notte Nonna, fai sogni d’oro. A domani ! Et sa voix douce qui répond à son tour, a domani carina della nonna.5toque topshopSi vous saviez à quel point elle m’est précieuse et à quel point je n’arrive pas à lui dire – salut la famille handicapé des sentiments. Enfin si, je lui répète que j’espère lui ressembler quand j’aurais 87 ans et que j’ai énormément d’admiration pour elle. Je voudrais bien la rendre immortelle mais je ne suis rien qu’une moldu alors je vais plutôt passer le plus de temps possible avec elle avant que la vie ne me l’arrache.6Pont alexandre IIIVoilà ce qui m’a amenée à reconsidérer comment j’envisageais la vie et mon quotidien plus globalement. Mon volontariat à Bali – dont je vous parlerai dans les semaines à venir – m’a aussi fait énormément grandir.

Pour la première fois, je voyageais seule, très loin de mes proches et en Asie où je n’avais jamais mis les pieds. Même si j’estime être une personne indépendante, j’ai eu peur et mille doutes m’ont assaillie lorsque j’ai validé la commande de mes billets d’avion.C’est l’estomac noué que je suis montée dans l’avion et ce sont les nerfs qui ont lâchés lorsque je suis arrivée en pleine nuit après 19 heures de voyage dans la maison des volontaires, qu’aucun lit n’était disponible et que j’ai dû dormir en plein milieu d’un passage.

La chaleur moite, les nouveaux bruits auxquels il faut s’habituer, le confort que je savais sommaire mais quand même et la fatigue m’ont tiré quelques larmes ainsi qu’un puissant sentiment de ne pas être à ma place : bordel ! dans quoi je me suis embarquée ? qu’est-ce que je veux me prouver à l’autre bout du monde ? Ça va être long trois semaines. 7En fait non, trois semaines c’était très court. Je suis revenue plus sereine, plus forte que je ne le pensais ou disons plus sûre de moi. Grande nouvelle : je me suffis à moi-même ! Je n’ai besoin de personne pour vivre de belles choses et même si j’aurais voulu partager certains moments avec mon entourage (comme cette rencontre absolument magique près de la barrière de corail à Gili Air avec une tortue de mer que j’observais depuis plusieurs minutes en snorkeling et qui est remontée à la surface à portée de ma main – dans ma tête, c’était un feu d’artifices et de oh putain, oh putain, oh putain), je suis heureuse de les avoir vécus et de pouvoir garder ces belles photographies mentales rien que pour moi.8les jardins weledaCe volontariat m’a rendue moins sauvage, plus avenante (et dieu sait que je partais de loin), plus positive, plus souriante, plus solide et plus indulgente. Voyager seule est la meilleure chose qui me soit arrivée en 2015 et je sais que je recommencerai. Peut-être pas dans le cadre d’un volontariat mais oui, je recommencerai. 9Dans mon bilan 2014, je pressentais que l’année qui vient de s’écouler allait être celle du changement, à raison. Mon travail a évolué positivement : j’ai trouvé de nouveaux clients après m’être reposée sur mes lauriers, j’ai su mieux encore identifier ce que j’aimais faire et ce que je n’aimais pas. Mais en 2015, j’ai aussi trop travaillé. Des nocturnes, des week-ends inexistants et des vacances prises avec culpabilité. Je ne savais plus m’arrêter, le piège classique du freelance. J’ai envie que ça change en 2016, passer plus de temps avec les gens que j’aime et déconnecter davantage. swarovski shootingJ’ai un projet un peu fou auquel je ne sais pas encore comment donner vie. Mais il est là, quelque part dans un coin de ma tête. Je suis dans le même état d’esprit qu’à l’aube de 2015 : je ne veux pas subir, vivoter, attendre de faire de vieux os parce que je flippe, parce que c’est confortable là maintenant tout de suite. Vous le savez, on a qu’une seule vie et elle est courte mais si l’on est courageux, curieux, elle suffira. On ne peut pas se lever chaque matin en se disant ça mais une piqûre de rappel de temps en temps ne peut pas faire de mal. Pas vrai ?10Mon travail en freelance a donc pris beaucoup de place et le rythme de publications ici a considérablement baissé. J’aimerais que ce soit différent en 2016 et revenir à deux ou trois articles hebdomadaires ; des qui font réfléchir, qui libèrent l’esprit, des sérieux et des moins sérieux. J’espère aussi pouvoir tenir ma promesse d’aborder à nouveau le sujet de l’éthique animale. C’était déjà un souhait en 2015… Souhaitons que cette année soit plus productive de ce point de vue et que cette fichue paralysie lorsqu’il s’agit de prendre la plume pour des sujets aussi importants s’envole !

11En 2015, j’ai beaucoup voyagé pour mon plus grand plaisir : la grise Amsterdam, la fabuleuse Ecosse, la vertigineuse Côte Amalfitaine dont les photos dorment encore dans un dossier en attendant d’être traitées, l’irrésistible Copenhague et la divine Bali bien-sûr. Pour les 360 et quelques jours (ok, on est le 19 janvier donc c’est un peu moins) à venir, je m’en souhaite d’autres, beaucoup d’autres. Voyager est une véritable drogue, sachez-le. 12J’aimerais concrétiser mes envies grandissantes de grands espaces et faire un nouveau road trip, en Colombie-Britannique et en Alberta – en van pourquoi pas, l’expérience de Juliette a piqué ma curiosité. N’empêche que je rêve toujours de l’Oregon, de la Nouvelle-Zélande et d’Islande ; mais d’autres destinations s’y sont ajoutées comme le Japon, l’Afrique du Sud, la Birmanie, le Népal, le Sri Lanka, le Montana et en fin de compte, tous les Etats-Unis. La Californie restant l’un de mes plus beaux voyages. Bon eh bien, il va falloir jouer au loto. 13Physiquement parlant, l’année dernière j’ai coupé mes cheveux. Beaucoup. J’avais tenté le roux en 2014 et ce changement qui n’a duré qu’un temps m’avait fait du bien mais je voulais aller plus loin. Je n’ai eu aucun mal à m’habituer à ma nouvelle tête et je crois que j’avais envie d’un carré depuis tellement longtemps que je me voyais déjà avec. Et pourtant, pendant des années il était hors de question que l’on touche à mes cheveux ! 15J’étais de celles qui vont chez le coiffeur pour couper juste les pointes hein. Parce que c’était un symbole de féminité à mes yeux – et aux yeux des autres ? Peut-être. J’ai trouvé ça très libérateur alors que j’ai longtemps fantasmé sur les chevelures à la Brigitte Bardot, comme celle de Haleigh.

Je me disais que la longueur adoucissait forcément mon visage que je trouvais trop anguleux, les pommettes trop saillantes. Un peu traumatisée de cette fois, adolescente, dans un escalator à Châtelet, où un garçon devant moi avait chuchoté à ses deux amies, elle est jolie la fille derrière, et que l’une d’elle avait répondu tout fort : tu rigoles ou quoi, on dirait un travelo ! Je vous jure, cette phrase s’est imprimée en moi au feutre indélébile. De là à dire que c’est pour ça que mes cheveux, c’était sacré ? Je n’en sais rien mais depuis que j’ai les cheveux courts – et ce même si ma longueur me manque parfois – je les aime de plus en plus courts.14Le blog va bientôt changer de visage lui aussi. Je vous en parle depuis plusieurs mois : on y est presque et j’ai hâte que mon nouveau chez moi virtuel soit en ligne. J’aime l’ancien avec tendresse mais j’ai grandi (oui bon, vieilli) et il est grand temps d’écrire une nouvelle page. Avec la talentueuse Nathalie nous avons longuement travaillé pour que ça ressemble à tout ce que j’aime et qui ne devrait pas changer demain la veille : la nature, les animaux, la verdure, et les grands espaces qui invitent à prendre une grande inspiration. Vous me direz ;)

Je termine ce trop long article en partageant avec vous mes petites et grandes ambitions en 2016 ; les écrire ici me mettra peut-être la pression suffisante pour concrétiser mes envies ? Après tout, en 2015 je vous avais bien dit que je voulais partir faire un volontariat depuis longtemps et que j’espérais le faire cette année… Eh bien voilà.
16week-end à copenhague

Mes objectifs en 2016 seraient pêle-mêle

  • Continuer à persévérer en photographie : mieux composer, être plus réactive pour faire mes réglages, oser (combien de fois je laisse mon reflex dans mon sac de peur de me faire remarquer ?) et mieux exploiter Lightroom.
  • Apprendre en autodidacte la vidéo : dompter le satané steadicam reçu à Noël pour filmer de belles images stables, et surtout mieux gérer le montage. Ah et puis, je vous l’avais déjà dit, mais manier un petit drone ça me plairait bien.
  • Lire et écrire davantage, et ne pas me décourager dans l’écriture comme j’ai coutume de le faire depuis trop longtemps.

17pique nique my little day

  • Aller dans l’Ouest canadien et oublier tout le reste. Un sac à dos, un appareil photo, des chaussures de marche, les forêts, les baleines, les ours, les montagnes, les ponts suspendus, basta.
  • Retrouver un cours de danse classique dans ma nouvelle région et pourquoi pas de yoga ainsi que d’apnée dynamique à laquelle mon amie qui vit à Bali m’a initiée. C’est tellement bien ! Ça détend et donne une confiance folle en soi. Cliquez ici pour mieux visualiser ce que c’est ;)
  • Refaire un voyage en solitaire. En Asie certainement car je m’y suis sentie en sécurité et que c’est une culture si différente de la nôtre, riche et intéressante.

20

  • Continuer le défi gratitude lancé par Anouchka en décembre qui m’avait plu – bien que je ne m’y sois pas vraiment tenue – et consigner chaque jour un événement positif de ma journée pour relativiser, toujours.
  • Reprendre sérieusement la course parce que sur la bucket list de ma vie, j’ai noté : courir un marathon. Donc, il s’agirait de ne pas mollir. Quand j’aurais réglé ce problème de genou droit qui coince depuis 3 ans.

18On va s’arrêter là et on se donne rendez-vous début 2017 pour faire un nouveau bilan ! Et vous dites-moi, qu’avez-vous accompli et appris en 2015 ? Quels sont vos objectifs pour cette nouvelle année ? Jeudi, on restera dans la thématique bilan – oui, j’ai un mois de retard mais hein oh – avec le Beauty Best of 2015. En attendant, passez une belle journée.

Rendez-vous sur Hellocoton !

66 Comments

  • Reply Astrid (Rhapsody in Green) 19 janvier 2016 at 8 h 54 min

    J’ai adoré ton article. Les premiers paragraphes m’ont donné quelques frissons, c’est pour dire ! Je me suis beaucoup reconnue dans tes propos concernant ta relation avec ta grand-mère, celle avec laquelle tu n’as jamais particulièrement accroché. C’est un peu pareil de mon côté : j’aime bien ma grand-mère mais elle a toujours été dure, d’abord avec ma mère puis avec ses petits enfants. J’essaie de faire des efforts bien sûr mais je sais bien que ce n’est pas suffisant.

    Je te souhaite en tous cas le meilleur pour 2016. J’ai hâte de voir la nouvelle version de ton blog ! Les photographies sont toujours aussi jolies, tu m’as fait voyager !

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 19 janvier 2016 at 11 h 13 min

      Merci Astrid, je te souhaite également une belle année 2016 :) Oui c’est compliqué quand on ne ressent pas beaucoup d’affection de faire des efforts, c’est comme ça que je le vivais. A penser : oui bah, en même temps qui sème le vent hein. Réflexion complètement débile.

  • Reply jo Ridée Rieuse 19 janvier 2016 at 9 h 51 min

    Perdre quelqu’un et regretter de ne pas avoir passé plus de temps avec, j’ai connu ça aussi. Et j’étais comme toi, pas envie de gâcher une journée chez les grands parents.
    Et puis j’ai vieilli et j’ai écrit ça, hier :
    http://www.rideerieuse.fr/2016/01/18/au-pays-de-la-vieillesse/
    Il ne faut pas t’en vouloir, à 20 ou 30 ans, on a tellement de choses à faire …
    On comprend plus tard, un peu trop tard peut être.
    et j’adore ton blog frais et spontané

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 19 janvier 2016 at 11 h 16 min

      Il est très joli ton texte, sincèrement :)

  • Reply Délia 19 janvier 2016 at 9 h 56 min

    Quelle année riche pour 2015 !
    J’admire toujours ta mémoire sur les événements de l’année!
    J’ai tellement de choses que j’aimerais accomplir en 2016 …
    Voyager en avion pour la première fois de ma vie, entamer sereinement ma 25ème année, progresser en photo et en pâtisserie, me décrocher un peu du virtuel pour mieux ressentir la vie qui passe …
    Et être moins bordélique chez moi!! Haha
    Ca fait beaucoup, mais mieux vaut fixer un peu trop que pas assez pas vrai! :p
    Je trouve ça super que tu aies trouvé le courage d’aller seule à l’étranger, j’imagine que le plus difficile est de sauter le pas, mais ça paraît insurmontable pour moi!
    Bisous et à l’année prochaine pour le bilan! :)

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 19 janvier 2016 at 11 h 19 min

      C’est bête mais c’est en remontant mon propre feed Instagram (puisque l’article est presque uniquement illustré avec des photos postées sur le réseau) que les souvenirs me reviennent mais j’avoue également m’être concentrée surtout sur le dernier trimestre de l’année qui a été particulièrement riche, du coup c’est plus facile ;)

      Je te souhaite donc en 2016 de pouvoir accomplir de petites et de grandes choses ! Et si un jour tu voyages seule, tu verras que ce n’est que pour le meilleur. La peur fait partie de l’expérience mais elle est salutaire :)

  • Reply juliette 19 janvier 2016 at 10 h 16 min

    Quel beau bilan, tu en as accompli des choses en un an ! Plein de changements positifs : je te souhaite au moins la même chose en 2016 :)

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 19 janvier 2016 at 11 h 19 min

      Merci mon petit jouliette <3

  • Reply Ocilia 19 janvier 2016 at 10 h 28 min

    Cet article est terriblement inspirant, autant au niveau des photos que de l’écriture.

    De mon côté je ne peux pas dire que 2015 ait été une année vraiment remplie, j’ai été au chômage pendant 1 an, envisagé de me lancer en freelance, pour finalement trouver un poste pour 8 mois, sur lequel je travaille tellement que je n’ai plus le temps de rien. Je me suis inscrite à un club photo dans lequel j’ai pu passer 3 mois seulement avant de déménager. Alors 2016 c’est la nouveauté, c’est 7 mois sur ce poste, un peu d’argent dans les caisses, une nouvelle expérience, et puis en août, l’inconnu ^^.

    J’ai envie de voyager aussi, j’essaye de demander un PVT pour le Canada, on a booké un weekend en amoureux à Dublin (l’an dernier j’ai quand même fait Amsterdam seule).

    Et 2016, c’est aussi la deadline que je me suis donnée pour courir un semi marathon ^^.

    Merci pour cet article qui donne la pèche un jour gris au bureau.

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 19 janvier 2016 at 11 h 22 min

      Comme c’est gentil Ocilia, merci ! :) Quelle merveilleuse idée ce PVT canadien… Je crois que j’aurais bien envie d’en faire un mais pas tout de suite, tout de suite. Et c’est chouette d’avoir visité Amsterdam seule, qu’as-tu fait du coup ?

      Je t’envoie plein de soutien et de courage pour un éventuel semi-marathon. Une étape de plus vers le marathon héhé ?

  • Reply happytime 19 janvier 2016 at 10 h 34 min

    Le début de ton article m’a presque mis les larmes aux yeux… En tout cas je te trouve pleine de sagesse et j’espère que tu vas pouvoir écrire tout ce que tu as envie d’écrire et nous le faire partager; J’ai aussi hâte de voir ton nouveau blog :)
    bisou

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 19 janvier 2016 at 11 h 23 min

      Merci ! Et désolée pour les larmes, ce n’était pas du tout mon but de faire pleurer dans les chaumières :x

  • Reply Amandine T 19 janvier 2016 at 10 h 42 min

    Hello,

    Cet article m’a énormément touché, j’ai vécu un peu la même chose avec ma grand mère, décédée en septembre. J’en avais les larmes aux yeux de lire ce passage !

    Je te souhaite de réussir tous tes projets en 2016, j’ai hâte de continuer à te lire !

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 19 janvier 2016 at 11 h 24 min

      Oh je suis désolée pour ta perde Amandine :( Je te souhaite également de belles choses à n’en plus finir pour 2016.

  • Reply Letizia 19 janvier 2016 at 10 h 57 min

    Bonjour, je lis ton blog depuis un moment maintenant sans jamais avoir commenté. Aujourd’hui, ton poste me touche un peu plus personnellement et j’avais envie de t’écrire un mot. Je m’appelle aussi Letizia et j’ai une nonna, enfin j’en avais deux mais une s’en est allée en 2014. J’ai regretté toutes les fois où je ne suis pas allée la voir et encore aujourd’hui, sa force, sa ténacité et son envie de vivre cogne dans ma tête quand je me sens mal et je prends la peine de sourire et de relever la tête pour elle, rien que pour elle. J’espère que tu pourras voir ta nonna plus souvent cette année. Ma famille me manque, je vois celle de Venise régulièrement mais ça fait 20 ans que je n’ai pas remis les pieds en Sicile, l’île à mon père. C’est con, je préfère partir à la découverte d’un pays au lieu d’aller à la rencontre de mes origines. Voilà, excuse moi d’avoir été un peu longue… Je te souhaite une magnifique année et au plaisir de lire tes prochaines aventure. Letizia

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 19 janvier 2016 at 11 h 40 min

      Merci Letizia d’avoir pris la peine de laisser un commentaire. Je vois que l’on partage quelques origines :) Avec ma grand-mère maternelle, je n’avais pas grand chose en commun mais je me dis que j’aurais dû me mettre de côté, me forcer pour elle une fois de temps en temps. Disons que j’ai bien retenu la leçon !

      Je te comprends pour préférer voyager ailleurs mais c’est quand même super beau la Sicile, y a pires comme origines :D

  • Reply Marie-C 19 janvier 2016 at 11 h 45 min

    Un article très inspirant… et à le lire et à lire les commentaires je me sent un peu moins seule et j’ai l’impression que les relations avec nos grand-parents n’est pas si évidente que ça pour beaucoup de monde finalement… Cette année 2015 a été une année remplie d’émotions en ce qui me concerne qu’elles soient bonnes ou mauvaises. Et le projet de cette année 2016 est de trouver un « chez nous », de sortir plus et de passer plus de temps avec les personnes que l’on aime, essayer de relativiser et de moins stresser (ça me concerne particulièrement ce point^^), pendre plus le temps même si on a toujours cette impression qu’il passe trop vite, continuer à voyager, accueillir une boule de poils et (enfin!!!) reprendre le sport!

    Bonne journée à toi!

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 19 janvier 2016 at 13 h 30 min

      Merci Marie ! Oui, surtout en grandissant. Dans un sens, on agit comme s’ils étaient éternels. Comme on le fait pour tout, pour nous en fait. C’est humain mais c’est bien aussi de prendre conscience de la fragilité de la vie pour mieux agir :)

      Plein de courage pour votre chez vous, je suis passée par là l’année dernière (je n’en ai d’ailleurs pas parlé dans le bilan, tiens !), je sais ce que c’est ^_^ Alors toutes mes meilleures ondes pour 2016 <3

  • Reply Elodie 19 janvier 2016 at 12 h 09 min

    Merci encore pour tous ces jolis petits mots doux que tu glisses dans mon quotidien. Je l’attendais avec impatience ton article, ça faisait trop longtemps :) J’ai failli verser une larme en voyant ce que tu disais sur ta grand-mère, j’ai vécu aussi la même chose avec la mienne. J’avais du mal lorsque j’étais plus jeune car elle était assez froide. Et ensuite elle est tombée gravement malade. C’est toujours un regret même si je sais que je n’avais pas le recul suffisant pour me dire qu’elle ne savait pas nous dire qu’elle tenait à nous. Aujourd’hui il me reste une grande tante qui a le même âge que ta nonna et même si j’habite un peu plus loin qu’elle, j’essaie de la voir le plus possible et de l’aider au quotidien. En se disant un peu égoïstement aussi qu’on ne veut pas avoir de regrets. Alors je te souhaite de bien continuer sur ton chemin en 2016. J’espère aussi pour ma part continuer de voyager, voyager un peu plus loin aussi. Et pourquoi pas voyager seule si le temps me le permet :) En tout cas, je suis très curieuse d’avoir ton retour sur Bali et ton volontariat, ça m’inspirera sans doute :) A bientôt joli Laetitia (et ta coupe de cheveux te va à ravir, tu as bien fait de sauter le pas!)

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 19 janvier 2016 at 13 h 34 min

      Merci pour ton commentaire très touchant Elodie ! Et tu as raison, parfois il faut en passer par là. Avant on ne sait pas, on est trop jeune, trop insouciant. C’est normal, c’est l’ordre des choses. C’est ça la vie aussi : apprendre de ses erreurs et devenir un meilleur soi :)

      Je te souhaite plein de voyages en 2016 et d’autres jolies choses à la pelle. A bientôt !

  • Reply prettyarty 19 janvier 2016 at 12 h 56 min

    j’aimerais pouvoir voyager autant, mais je me dis, attendons que les enfants soient + grands…. va ton le faire un jour? si tu souhaites aller dans l’ouest canadien, et si tu comptes aller dans le Yukon, mon frère y vit, et je serai ravie de te communiquer ses bons plans si ca t’interesse!

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 19 janvier 2016 at 13 h 37 min

      Oui j’imagine que voyager avec des enfants en bas âge, ce n’est pas évident mais je me souviens que nous avions été à Montréal avec mes parents quand ma sœur avait 4 ans et moi 8. J’en garde de très beaux souvenirs flous. Après, je ne sais pas comment mes parents ont vécu le séjour, eux ^_^

      Ah le Yukon ! Ce serait chouette mais je pense qu’il y a déjà beaucoup à faire en Colombie-Britannique et en Alberta, on se concentrera sur ces deux régions je pense. Mais merci pour ta proposition et je la garde dans un coin de ma tête si jamais je change d’avis :)

  • Reply Banoffee 19 janvier 2016 at 13 h 07 min

    Un bilan permet de mettre les choses à plat, parfois, cela fait du mal, ça pique (la pute de vie comme tu l’écris) ; cela permet aussi de voir comment notre âme a grandi :)

    • Reply Banoffee 19 janvier 2016 at 13 h 10 min

      Oh et j’ai oublié de dire que c’était de bonnes résolutions : prendre soin de toi, grandir toujours, sortir de ta zone de confort. Et comme tu as tenu celles de l’année dernière, tu as bien fait de les écrire ici ;)

      • Laëtitia
        Reply Laëtitia 19 janvier 2016 at 13 h 38 min

        Complètement : ça permet de mesurer le chemin parcouru et d’évaluer celui qu’il reste à parcourir. C’est chouette les bilans en fait :)

  • Reply Julycocoon 19 janvier 2016 at 14 h 51 min

    Superbe, article comme toujours. Les photos sont magnifique, tu m’as tiré des larmes pour la partie sur ta grand-mère, (mon grand-père perdu cette année me manque TELLEMENT), et le reste me donne envie de te suivre où tu veux !! :) Merci pour cette belle bouffée de positivisme en cette mi-fin janvier toute grisou !

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 19 janvier 2016 at 15 h 07 min

      Merci, c’est si gentil ! Plein de jolis voeux pour toi en 2016 :)

  • Reply Julycocoon 19 janvier 2016 at 14 h 52 min

    J’ai mal copié-collé mon lien de blog… Tu m »auras sans doute reconnue mais dans le doute je le remets dans mon identification !

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 19 janvier 2016 at 15 h 07 min

      Oui évidemment ;)

  • Reply Marie 19 janvier 2016 at 15 h 11 min

    J’ai adoré ton article! Il me donne envie de faire mon bilan aussi. Pour moi aussi l’année 2015 ne me laisse pas le goût d’une année heureuse… Mais en te lisant, je me rend compte qu’une année, c’est forcément des petits plaisirs, de beaux souvenirs et des petites choses qui illuminent nos journées. Finalement l’important c’est de réussir à savourer ces petits moments et plaisirs, continuer à en provoquer. Coucher sur le papier ces souvenirs, bons ou mauvais, permet d’aller de l’avant. Réussir à mettre les mots sur ses projets, ses rêves permet de les faire arriver à maturité, mais pour moi, c’est aussi le premier pas qui les rend un peu plus vrais! Pour ma part, la photographie sera un des projets de l’année. Si tu as quelques conseils pour débuter, j’en serais ravie, tes photos sont magnifiques! Et puis voyager, c’est un projet qui devrait faire partie de toutes les vies. Comme toi je suis partie, seule à l’étranger. Je n’aurais jamais imaginer à quel point ce pouvait être bouleversant et fascinant, à quel point ça nous faisait changer et grandir. Alors depuis j’ai les jambes qui « bougeottent » et j’espère pouvoir repartir très vite! Je te souhaite une très belle année 2016, qu’elle te permette de réaliser toutes ces petites choses qui rendent la vie si belle!

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 19 janvier 2016 at 15 h 19 min

      Tape dans la barre de recherche du blog : faire de belles photos. Tu devrais trouver ton bonheur :)

      Merci pour tes vœux et très belle année 2016 à toi aussi, enrichissante et dépaysante !

  • Reply Lou et Swann 19 janvier 2016 at 15 h 25 min

    Quelle année bien remplie !
    Tu m’as fait rêver et voyager avec tes belles photos !
    Je te souhaite plein de bonnes choses pour la suite !

    Christine

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 19 janvier 2016 at 15 h 32 min

      Merci Christine c’est adorable :)

  • Reply Gaïdic 19 janvier 2016 at 15 h 37 min

    Je pense qu’on est beaucoup dans ton cas, à regretter de ne pas avoir passé plus de temps avec une personne qui est partie trop tôt. Mais je pense que c’est une bonne chose, dans un sens. En perdant quelqu’un, on se rend compte qu’il faut profiter des autres. Je n’ai jamais passé autant de temps avec ma grand-mère depuis que mon autre grand-mère est décédée, alors qu’avant, j’étais partisane du « la prochaine fois, là j’ai pas le temps »…
    En tout cas, très bel article et jolies résolutions !

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 20 janvier 2016 at 22 h 55 min

      C’est finalement… humain. Ma grand-mère en Italie est très compréhensive, elle dit : je sais que vous avez une vie à vivre, que vous n’avez pas toujours le temps mais je sais aussi que vous pensez à moi :) Mon autre grand-mère nous culpabilisait beaucoup de ne pas venir la voir… Peut-être que ça me braquait, qui sait ?

      En tout cas, tu as raison. On retire toujours du positif de nos erreurs. Je te souhaite plein de jolis moments avec ta mamie en 2016 :)

  • Reply marionromain 19 janvier 2016 at 17 h 43 min

    J’ai adoré lire cet article, que j’ai trouvé troublant à beaucoup d’égards tant je m’y suis reconnue dans les non-dits qu’il est trop tard pour effacer ou rattraper, les handicapés sentimentaux que nous sommes parfois, les chevaux sauvages qu’on se bute à demeurer et les remises à plus tard. Ca m’a beaucoup remuée de te lire, et en même temps j’ai eu envie de te faire un gros câlin (moi qui n’en fais jamais) et de te dire merci, aussi, parce que tu m’as donné envie de davantage oser, oser écrire, oser concrétiser quelques envies, de voyager davantage seule… De (me) bouger !

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 21 janvier 2016 at 9 h 40 min

      Merci Marion, c’est adorable ! Et je ne peux que t’encourager à poursuivre tes envies :)

  • Reply Esthelle 19 janvier 2016 at 19 h 38 min

    Bonsoir Laétitia.
    Nous venons de vivre un deuil pénible ici aussi avec les regrets de ne pas avoir passé la semaine de vacances avec lui, comme nous le faisions depuis 10 ans : trop de travail, trop de contraintes, trop de, trop de… On a beau se le dire, on a beau le savoir, la vie nous rattrape inexorablement. J’espère seulement que nous ferons preuve de la même sagesse quand ce sera notre tour.
    Bonne soirée.

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 21 janvier 2016 at 9 h 41 min

      Oui… :)

  • Reply Camomille 19 janvier 2016 at 23 h 46 min

    Le passage sur tes grand mères est vraiment émouvant: bien que j’étais proche de lui, je me suis dit la même chose quand j’ai perdu mon grand père: on ne passe jamais assez de temps avec nos grands parents… J’essaye de voir un peu plus mes grands mères, mais comme toi j’ai du mal à leur dire ce qu’elles représentent pour moi. Je commence à me dire que le jour où elles ne seront plus là n’est plus tellement loin et que c’est une raison de plus pour les chérir.

    J’aime ta vision de la vie: ne pas oublier qu’elle est courte et se lancer, essayer de dépasser ses peurs… je pense que c’est une bonne façon d’évoluer et de grandir! Et finalement, quand on fait quelque chose dont on ne se pensait pas capable, on en ressort souvent plus confiant et mieux dans sa peau.

    Mon commentaire se fait long, il ne me reste donc plus qu’à te souhaiter une bonne année 2016, à nouveau remplie de jolies découvertes! :)

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 21 janvier 2016 at 9 h 47 min

      Parfois, je me demande si ce n’est pas une façon de se voiler la face… De reporter les visites, les coups de fil, en pensant : plus tard. Du temps, logiquement, nous on en a plein… Eux, moins. Et peut-être que cette idée nous met mal à l’aise alors on préfère faire comme si de rien était…

      En tout cas, oui la vie est super courte et il faut arrêter de se poser trop de questions ! Et ce sont les expériences qui nous font le plus peur, parfois celles qui nous font le plus mal (tout ce qui ne tue pas, Nietzsche toussa haha) qui nous font le plus grandir :)

      Belle année 2016 à toi aussi ! Merci pour tes voeux ^_^

  • Reply Camille 20 janvier 2016 at 4 h 36 min

    Tes reflexions sur tes grands mères, si tu savais comme ça a résonné. J’ai encore la chance d’avoir mes 2 grands mères. Un peu comme toi, l’une avec qui je m’entends très bien, avec qui on s’envoie des mails, chez qui je suis allée passer 1 mois 1/2 il y a 3 ans, en vacances, loin de tout. Elle est au Chili, alors on se voit très rarement, et elle me manque, beaucoup beaucoup. Et l’autre, avec qui j’ai beaucoup moins d’affinités, qui ne nous a jamais vraiment montré d’affection, jamais cuisiné un gâteau (non mais ça compte, ça !), bref, avec qui j’ai moins de souvenirs et de partages. Elle est malade depuis quelques temps, on sait tous que « c’est la fin », et voilà, je suis à Montréal, loin et je sais très bien que je ne pourrais jamais aller la voir avant qu’elle ne parte. Et ça, ça me met le coeur en petites miettes. Alors oui, profitons de nos grands mères.

    Bref. Je te souhaite en tous cas un tas de jolies choses pour 2016 – arrête de trop penser et mets sur pieds ce projet, c’est évident que quoi que ce soit, ce sera bien – et si tu apprends la vidéo, sache que je suis dans le même processus que toi !

    Des bises !

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 21 janvier 2016 at 9 h 50 min

      Qu’est-ce que j’aime lire tes commentaires Camille <3 Et quelle chance de pouvoir envoyer des mails à ta grand-mère, moi ça la dépasse un peu ^_^

      Mais oui ça compte les gâteaux haha ! Peut-être que tu pourrais lui écrire une lettre pour réchauffer son cœur ?

      Merci, une très belle année 2016 à toi aussi et soutenons-nous dans l'apprentissage de la vidéo :D

  • Reply Emily 20 janvier 2016 at 19 h 24 min

    La même chose m’est arrivée quand ma grand-mère était malade… Je suis allée une seule fois la voir à l’hôpital durant toutes ces semaines, en culpabilisant (ma thèse, ma thèse, ma thèse) et un jour j’ai tout de même décidé que j’irai la voir le lendemain. Le soir ma mère m’a appelée pour me dire qu’elle était morte. Je crois que je ne m’en suis jamais remise, j’ai toujours au fond de moi cette culpabilité et ce chagrin.
    Très joli article sinon. La vie est courte et il faut donner vie à ses projets – je suis moi-même sur la plongeoir, cette année sera je l’espère celle où je vais créer mon entreprise, la trouille au ventre. Mais c’est vrai que les piqûres de rappel ne sont jamais assez nombreuses pour qu’on ne se laisse pas bouffer par le quotidien.
    J’espère que tu te plairas dans ta nouvelle région (où est-ce donc ?).

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 21 janvier 2016 at 9 h 54 min

      Au moins tu auras été la voir une fois… Mais je vois que l’on partage une ironie commune. A croire que la vie complote pour nous donner des leçons ^_^

      Je vis à présent dans en Seine et Marne, un peu en-dessous de Fontainebleau mais je n’ai même pas encore pris le temps de me balader dans le coin… Workalcoholic que je suis :(

  • Reply Fanny 20 janvier 2016 at 21 h 50 min

    Très belle rétrospective qui retranscrit beaucoup d’humanité et de sentiments.
    Il ne faut pas t’en vouloir de ne pas avoir pris le temps; sans être fataliste, je pense que la vie nous mène à des endroits étrangères mais aucune expérience n’est vaine. La preuve : tu as pris conscience de l’importance de ta mamie d’Italie, et ça t’a visiblement permis de mettre des mots sur des sentiments. Alors appelle-la, réjouis-toi de ton accent chantant et profite de chaque jour de 2016 comme il se doit!
    Très bonne année 2016! Et merci d’être si sincère et entière!

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 21 janvier 2016 at 9 h 55 min

      Oui tu as raison ! :) Merci pour ton commentaire adorable et belle année 2016 à toi aussi.

  • Reply Les bulles d'inspiration d'Helychrise 21 janvier 2016 at 9 h 28 min

    Quel article très touchant et surtout très bien écrit!
    Même si je ne laisse que rarement des commentaires et que je ne suis pas régulière dans la lecture de tes articles, tu restes pour moi avec Victoria de Mango and Salt la blogueuse qui a la plus jolie plume.

    J’alimente régulièrement un carnet de mes envies, à faire avant mes 35 ans! Yoga et danse font partie de ma vie, j’espère pouvoir ne pas m’en éloigner. Il y a aussi de partir vivre et travailler à l’étranger quelques temps avec l’Homme (au Danemark), et surtout une très forte intension d’être plus en paix avec moi-même et les autres. Les cours de méditation m’aident beaucoup et je vois déjà les changements.

    Bonne route à toi et longue vie à ton blog (:-)

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 21 janvier 2016 at 9 h 56 min

      Roh la la, merci du fond du cœur pour ton commentaire <3 Moi aussi la méditation m'avait bien aidée mais je ne suis pas du tout assidue :( En tout cas, je te souhaite d'accomplir en 2016 toutes les choses qui te sont chères et à très vite.

  • Reply missyakk 21 janvier 2016 at 22 h 49 min

    Tes photos sont absolument magnifiques, j’espère que tu arriveras à tenir tes résolutions !

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 23 janvier 2016 at 12 h 11 min

      Merci :)

  • Reply Géraldine G 22 janvier 2016 at 0 h 13 min

    J’ai été touchée par ton article. les regrets sont parfois lourds, mais rien ne sert de s’y attarder car on ne peut revenir en arrière, juste grandir en tenant compte de ce qu’on apprend de la vie…
    Ton année a cependant été bien riche, de mille façons. Je te souhaite une année 2016 pleine de nouvelles choses, d’approfondissement, de découvertes. C’est déjà superbe de se suffire non? Je t’admire d’avoir su sortir de ta zone de confort et en tirer le mieux. Cette année 2015 ne m’a pas épargnée côté tristesse, mais bizarrement j’en ressors avec plus de sérénité. Et j’apprends, et je mets de l’ordre dans ma vie, dans ma tête. Savoir ce qui est le mieux pour soi, ce n’est pas si facile, ni savoir ce que l’on veut vraiment. Je n’y suis pas encore, mais j’avance pas à pas. Garder en tête, et dans ma vie ce qui est l’essentiel, voilà ma résolution 2016!

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 23 janvier 2016 at 12 h 10 min

      Ah mais je m’en suffis mais le décès de ma grand-mère est encore trop récent pour que je puisse être détachée. Les regrets me servent au contraire à ne pas reproduire les mêmes erreurs, c’est la vie… On ne peut pas avancer sans tirer des leçons du passé. Comme tu as sans doute dû le faire cette année ;)

  • Reply Vanessaz 22 janvier 2016 at 9 h 49 min

    Quel bel article ! Tu m avais manqué ! Je me suis tellement reconnu dans ton début d article !j ai aussi du mal à dire aux gens que j aime enfin certains pas tous que je les aime et des fois ça me pèse parce que ça nous change. Enfant je n ai pas reçu les mots qui réconfortent et les gestes qui consolent et du coup je m attelle tellement à les donner à les filles ! Ma grand mère maternelle est dure, pas toujours commode et le reproche toujours au bout des lèvres et du coup c’est difficile d entretenir la bonne relation alors que ma grand mère paternelle, espagnole de 83 ans est un amour de mamie toujours à nous embrasser, nous dire qu elle nous aime, elle a toujours eu ce regard tendre envers mes cousins et moi et pourtant nous sommes 38 ! Du coup forcément la relation est beaucoup plus naturelle et je n ai aucune difficulté à la serrer dans mes bras ! Chaque année je me dis que je vais essayer de faire des efforts avec la premiere peut être 2016 sera différent en tout cas ton article m y fait réfléchir !
    En tout cas merci pour ton récit de voyage, tes anecdotes tout ce qui fait que j aime tellement ta plume !
    Bisous laetitia et encore une merveilleuse année pleine de projets aboutis et de résolutions tenues !
    Bisous

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 23 janvier 2016 at 12 h 07 min

      Ah les grands-mères latines haha ^_^ 38 ? EH BAH ! Merci pour ton gentil commentaires et je t’envoie plein de bonnes ondes pour 2016 aussi :)

      • Reply Vanessaz 23 janvier 2016 at 23 h 05 min

        Et oui 38 cousins germains, ma mamie a eu 8 enfants alors forcément ça en fait du monde ! Mais elle nous aime tous mucho mucho mucho comme elle dit !
        Bisous

  • Reply Alexandra 22 janvier 2016 at 16 h 13 min

    Merci beaucoup pour ce très chouette article ! Tant de phrases où je me suis dit « mais c’est tout à fait ça… », c’en est un peu flippant ;-) Donc nous avons toutes du pain sur la planche pour cette année… et tant mieux !
    J’ai juste un avis un peu dissonant sur la question des grand-parents : ce n’est pas parce que c’est notre grand-mère qu’on « doit » lui rendre visite ou chercher à maintenir des liens qui ne se sont jamais vraiment créés (call me Coeur de Pierre). Chacun est libre et même si ce serait certainement plus confortable de se dire qu’on a été aussi présent que possible, pas sûr qu’une relation sur ce mode soit si importante que ça… Cela posé, je ne dis absolument pas que c’est ce que je pense de Ta situation personnelle, Laetitia. C’est juste une réflexion générale : je suis intolérante aux relations avec les personnes « toxiques » et j’extrapole donc ça à toutes les relations un peu « étranges » qu’on a parfois, famille ou pas.
    Parfois, on peut aussi se poser la question : « est ce que cette personne a cherché à nouer des liens avec moi ? » Sachant que les relations grands-parents / petits enfants sont forcément teintés des relations de tout ce petit monde avec nos parents, présents malgré tout là au milieu…
    Bref, je ne sais pas si je suis très claire ;-) Mais j’insiste sur le fait que je ne chercher absolument pas à critiquer ou à blesser, surtout pas ! C’est juste une piste, comme ça.

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 23 janvier 2016 at 12 h 05 min

      Oh non je comprends bien et dans ma situation, ce que je regrette c’est surtout de ne pas avoir été à l’hôpital mais pour le reste, je pense avoir fait des efforts, au moins un peu alors qu’elle a toujours été une personne négative, défaitiste et désagréable. Je prenais sur moi… Mais son décès m’a touchée pour plein de raisons pas forcément que liées à elle directement, et j’ai pris conscience de la fragilité de la vie, pour un temps… :)

  • Reply Coralie 22 janvier 2016 at 21 h 47 min

    Je suis une lectrice fidèle mais c’est mon premier commentaire ici. J’ai l’impression que je n’ai rien vraiment à dire ou que cela ne sera pas intéressant. Mais ce n’est pas le propos !

    Ton article est vraiment passionnant ! Il fait réfléchir, prendre conscience de plein de choses. J’ai eu des frissons, des passages qui m’ont fait échos.

    Je tenais donc à te remercier, pour ce partage à cœur ouvert ! Tous mes vœux pour cette nouvelle année, avec le meilleur ! Et j’ai hâte de continuer à te lire !!

    Bisous

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 23 janvier 2016 at 12 h 00 min

      Merci infiniment Coralie pour ton commentaire qui me touche beaucoup et tes voeux. Je te souhaite aussi plein de belles choses pour 2016 :)

  • Reply Julia 23 janvier 2016 at 12 h 56 min

    Bonjour Laëtitia,
    comme tes premiers paragraphes résonnent en moi… J’ai perdu mon grand-père paternel en octobre et avec lequel je n’avais quasi pas de relations, car c’était un homme très intérieur et qui ne montre pas ses sentiments. Je regrette de ne pas avoir été assez souvent le voir parce que je ne savais pas quoi lui dire, parce que les silences étaient pesant, parce qu’il vivait dans cette grande maison sombre qui me donnait le cafard, etc. Mon année qui n’a malheureusement pas très bien commencé (enterrement ce jeudi), je me la souhaite plus légère mais surtout plus ouverte aux autres, moins repliée sur moi-même. Ma fichue maladie me pèse plus que jamais , à l’aube de mes 30 ans, et j’aimerai vraiment pouvoir la surpasser, la laisser au placard et prendre enfin le contrôle de ma vie… Bon je sais que ça ne va pas se faire du jour au lendemain mais je pense être sur la bonne voie. En attendant que mes futurs projets se concrétisent , j’aimerai bien aussi me remettre à mon petit blog qui je pense me permet d’exprimer ce que je n’arrive souvent pas à dire à haute voix et qui peut-être peut aider d’autres personnes comme moi.
    Je te souhaite une très belle année 2016, et que tous tes projets se réalisent et même plus encore! ;-)

  • Reply Chloé P 24 janvier 2016 at 18 h 59 min

    Bonjour Laetitia et bonne année à toi remplie de grandes joies et petits bonheurs au quotidien! Bravo pour cet article touchant, sincère. De belles photos également! Tu as fait un week end dans une cabane perchée? Ca avait l’air sympa. on a fait ça une année en Dordogne! Ca fait du bien d’être dans la nature! ;-)

  • Reply Lisa 4 février 2016 at 0 h 17 min

    Tu as cette facilité à écrire de beaux textes, enfin en même temps c’est forcément grâce à du travail fourni. Mais je trouve que tu as beaucoup de talent. J’écris parfois des états d’âmes, mais j’ai toujours peur d’être trop négative, de parler trop de moi, d’être maladroite. Je n’ose pas et mes articles pourrissent dans la case  » brouillon  » pourtant avant hier j’ai osé écrire  » détox digitale  » et mon article s’est retrouvé dans la sélection du jour de chez Hellocoton, catégorie lifestyle. C’est pas grand chose, mais c’est peut être un signe.
    En même temps ce genre d’articles, ca donne de la valeur ajoutée au blog si je puis dire. Les lecteurs s’y voient peut être surement plus que dans un article de crème de jour.

    En juillet dernier, il m’est arrivé la même chose que toi. Mais pour mon grand père. Mon grand père venait de rentrer à l’hôpital, il me restait deux petites semaines pour finir mon contrat et je devais aller le voir. Il a eu un cancer foudroyant et il est mort avant que je puisse le voir. Ce sentiment est le plus horrible qu’il soit. J’ai pleuré toute les larmes de mon corps et encore je crois que ca ne serait pas suffisant. J’ai pris une énorme claque dans la figure et je ne suis pas sure de m’en remettre un jour. Et pourtant je m’estime extrêmement chanceuse car j’ai eu mes quatre grands parents jusqu’à mes 25 ans. Et ça ca n’a pas de prix.

    A 19 ans je suis partie en Espagne toute seule, c’est pas le bout du monde mais je ne parlais pas la langue, j’étais seule et ca a été la plus belle année de ma vie.
    Ensuite je suis partie vivre au Mexique un an, et même si c’était dure car tellement différent de la France que je n’arrivais pas à m’habituer car tout mon mode de vie était changé, jusqu’à penser autrement. Quelque chose que je n’avais jamais envisagé et de se voir confronter avec des gens qui pensent différemment et défendre tes valeurs et tes opinons tant bien que mal. Ca reste une magnifique expérience et je donnerai beaucoup pour la revivre. Maintenant j’ai 26 ans et j’ai l’impression de stagner, alors cette année sera mon année, parce qu’on ne le dis jamais assez mais la vie est courte et il faut en profiter et faire les choses qu’on aime !

    Ce commentaire doit être bourré de fautes et il est surement décousu mais je l’ai écris avec le cœur.

    Même si parfois je te trouvais trop excessive dans tes goûts de gueule sur la fourrure par exemple, je n’ai jamais cessé de te suivre. En fait c’est toi qui avait raison, car moi je suis totalement contre la cruauté animale et la fourrure mais je n’avais pas vraiment cette rage, et cette envie de dire  » ce n’est pas bien » mais je crois donc que tu as raison et qu’il est bon de dire les choses haut et fort. Les passionnées sont chiants car ils en font souvent beaucoup pour ceux qui ne le sont pas mais en fait il faut des passionnées, il faut des gens comme ça, ce sont ceux là qui vont avancer le monde !

    J’espère avoir le plaisir de te rencontrer, un jour. Peut être à une soirée blog

    Bises

    Lisa

    • Reply Lisa 4 février 2016 at 0 h 20 min

       » coups « 

  • Reply La Vie de Charlie 4 avril 2016 at 11 h 25 min

    J’ai découvert ton blog via twitter, et je me retrouve dans beaucoup de tes mots notamment pour l’éthique animale (qui rythme de plus en plus ma vie!)
    une très belle découverte !
    Continue
    ;)

  • Reply Volontariat à Bali : mon expérience - Eleusis Megara 14 juin 2016 at 9 h 00 min

    […] dans l’avion m’est impossible – correctement j’entends. Je vous avais déjà raconté mon arrivée plutôt épique dans la maison des volontaires, à tâtonner dans le noir, aucun lit […]

  • Laisser un petit mot