Beauté

Arrêt Curacné : le bilan un an après

10 novembre 2014

Voici près d’un an que j’ai arrêté mon traitement Curacné – si vous avez suivi mes « aventures » d’acnéique, vous savez que j’ai payé très cher l’arrêt de la pilule, que j’ai bien essayé de prendre mon mal en patience mais c’était de pire en pire. Mes articles sur l’arrêt de la pilule et son influence sur la peau ainsi que ceux concernant le traitement que j’ai suivi sont les plus lus ; je sais que beaucoup d’entre vous atterrissent ici parce qu’elles cherchent des solutions pour se débarrasser de l’acné.

Dans mon bilan à l’arrêt de Curacné (ou Procuta, autrement dit les génériques de Roaccutane), j’étais revenue sur mon traitement : le type d’acné que j’avais, les effets secondaires que j’ai ressentis et constatés, la question de la dépression, des cicatrices et de la poussée des premiers mois. Avant toute chose, j’aimerais être très claire sur le fait que je ne considère pas qu’être traitée par isotrétinoïne soit la seule solution. J’avais d’ailleurs rédigé un article en septembre 2013 concernant les différentes options qui s’offrent à nous pour combattre l’acné que je vous invite à lire si vous cherchez encore des remèdes alternatifs à Curacné qui doit être utilisé en dernier recours.

Certaines acnéiques arrivent à trouver leur bonheur en changeant d’alimentation, en se tournant vers les méthodes naturelles ou tout simplement, en suivant un traitement antibiotiques. A ce titre, je vous conseille très très chaudement – si vous ne les avez pas déjà regardées – les vidéos de Coline, notamment celle-ci, et celle-là. Ses conseils sont plein de bons sens et toujours exprimés dans la bonne humeur.bilan un an après curacné

Il faut savoir que l’acné d’adulte est une maladie qui est très souvent liée aux hormones (sensibilité trop élevée aux androgènes, changement de contraception qui engendre des bouleversements, déséquilibre hormonal, etc.). On ne parle pas ici des petits spots de rien du tout d’avant les règles. Dans mon cas, on m’a diagnostiqué des ovaires polykystiques – OPK pour les intimes ou dystrophie ovarienne – qui se sont réveillés après l’arrêt de la pilule ; car les œstrogènes de synthèse contenues dans la plupart des contraceptions orales mettent en sommeil les problèmes de notre utérus. En gros, on est tranquille tant qu’on prend la pilule et quand on l’arrête, c’est retour à la case départ ou découverte de nouveaux problèmes. Joie et félicité.

L’acné peut aussi être en lien avec l’alimentation ; les produits laitiers sont largement mis en cause car les hormones des animaux peuvent entrer en conflit avec les nôtres. Ça peut valoir le coup d’arrêter au moins un mois pour voir s’il y a du changement. Il paraît que le gluten aussi mais je suis plus sceptique ; à vous de voir ce que vous avez envie d’essayer avant de vous tourner vers Curacné. Il peut être bon de tenter une cure de gattilier ou de palmier nain qui sont connus pour leurs vertus réequilibrantes sur le système hormonal.

Un arrêt de votre contraception en douceur est bénéfique car l’effet rebond suite à l’abandon de la pilule n’est pas rare (quand il n’est pas systématique en fait) ; cependant au bout de six mois à un an, vous devrez constater une amélioration et un retour à la normal progressif si vous n’avez pas de problèmes latents. Et quand je dis retour à la normal, ce n’est pas avoir une peau parfaite mais juste pas d’acné relativement défigurante.

Pour revenir brièvement sur mon parcours, j’ai été contrainte d’arrêter la pilule en mars 2012. J’ai pris Minerva, le générique de Diane 35, pendant 8 ans. On me l’avait prescrite en première intention – première erreur – et ma gynécologue de l’époque n’avait jamais jugé bon de m’en changer – seconde erreur. Je retournais chaque année dans son cabinet pour un contrôle et chaque année, elle me refaisait mon ordonnance. Jusqu’à ce que je fasse une thrombose à l’œil gauche en janvier 2012, j’ai failli perdre la vue et le verdict est très rapidement tombé : non-fumeuse, sans antécédents familiaux et sans anomalie de la coagulation du sang, c’était probablement ma pilule.

On m’a demandé de l’arrêter immédiatement. Têtue et peureuse (et surtout idiote, disons-le), j’ai continué à la prendre deux mois. J’étais terrifiée par tous les messages de dizaines et dizaines de filles qui témoignaient d’un retour brutal de l’acné à l’arrêt de leur contraception orale. A l’exception de quelques unes, toutes souffraient d’un rebond plus ou moins difficile à gérer. Mon hémostase et ma dermatologue ont bien essayé de me rassurer – oh mais à 25 ans, l’acné c’est de l’histoire ancienne, GROS LOL – mais au fond de moi, je sentais bien que j’allais traverser la même chose que les filles de Doctissimo et Au Féminin.bilan un an après curacné

J’ai terminé ma dernière plaquette et j’ai attendu. J’ai acheté des gélules de zinc en pharmacie en pensant que ça allait faire du bien à ma peau. Avec le recul, j’aurais envie de me faire un câlin à moi-même tant c’était vain de les prendre ces gélules. C’est après 3 mois d’arrêt que j’ai commencé à remarquer des micro-kystes à des endroits où je n’avais jamais eu de boutons avant : le cou, les mâchoires, les joues, puis progressivement, le menton. Sur le corps aussi, dans le dos et sur les épaules. Parallèlement, mes cheveux sont devenus extrêmement gras, et ma pilosité a commencé à faire n’importe quoi. Boutons, cheveux gras, poils : YOU-HOU ! Filez-moi une corde, ayez pitié.

J’ai pris rendez-vous chez le dermatologue d’une amie à moi en août 2012. Quand je lui ai exposé mon problème, il avait l’air blasé : genre, reprenez la pilule mademoiselle ! Euh, oui mais je n’ai plus le droit maintenant. Eh bien, antibio pendant 3 mois, sinon Curacné. Il avait même ajouté : de toute façon, ça va être de pire en pire. Je suis sortie de son cabinet avec mon ordonnance de Tetralysal complètement déprimée et les larmes aux yeux en pensant que j’étais une sacrée poissarde : faire une thrombose alors même que j’ai le profil d’une fille qui a besoin de la pilule pour réguler ses hormones. Enfin, c’est ce que je pensais, que c’était la seule solution à mes problèmes. J’ai suivi gentiment mon traitement antibiotiques.

Ça a été une horreur : je faisais mycoses sur mycoses – avec cet article, je vous envoie du rêve comme personne hein ? – en plus d’être inefficace. Je l’ai arrêté fin octobre et là, descente aux Enfers épidermique. Le dermatologue de mon amie avait eu raison. Mon front qui avait été jusqu’à présent épargné, s’est vu peupler de nombreux boutons. Je n’en voyais plus le bout : à part mon nez, plus une seule partie de mon visage n’était potable. Par ailleurs, ma peau était extrêmement grasse, le maquillage ne tenait pas, je passais mon temps à tapoter mon visage avec des papiers matifiants et je déprimais, déprimais, déprimais.

J’ai bien essayé Effaclar de La Roche-Posay ou Triacnéal d’Avène, ça a fait pire que mieux ! Ma peau ne réagissait pas bien, se desséchait et rougissait. Quand fin novembre je me suis rendue chez ma dermatologue habituelle, j’étais à deux doigts d’éclater en sanglots dans son cabinet. Je revivais mon adolescence puissance 1000 ! Elle a inspecté ma peau et m’a dit qu’il y avait beaucoup de lésions sous-cutanées, et qu’elle ne voyait pas d’autres solutions qu’une cure de Curacné.

Avec le recul, je me dis que j’aurais peut-être dû attendre encore six mois en essayant une cure de gattilier mais je me souviens que je devenais insupportable avec mon entourage, que je n’osais plus regarder les gens en face quand ils me parlaient et que j’avais surtout du mal à supporter mon reflet dans le miroir, à chialer systématiquement ou presque chaque soir devant. J’ai commencé mon traitement en décembre 2012 non sans appréhensions… Je ne reviendrai pas sur son déroulement puisque j’ai déjà raconté tout ça sur le blog en détails : un état des lieux avant de me lancer, un bilan après un mois de traitement, un autre après deux mois, le bilan à six mois, et le bilan final après 10 mois de cure.bilan un an après curacné

L’arrêt Curacné s’est bien passé. J’avais peur, bien-sûr, et dans le fond, j’ai toujours peur que ça revienne, mais un an après, je suis toujours très satisfaite de ma peau. Quand on arrête le traitement et que l’on a été habitué à n’avoir aucun bouton durant les derniers mois, on a tendance à l’inspecter de manière presque obsessionnelle.

J’ai un peu gardé le réflexe d’observer ma peau avec un miroir grossissant, en biais de la lumière, pour voir si les micro-kystes, mon pire cauchemar, revenaient. Et, chose assez étonnante, si j’en avais encore un tout petit peu à l’arrêt du traitement, si je suis passée par des périodes où ils se donnaient le mot pour s’infecter en même temps – surtout après l’été – aujourd’hui, j’ai retrouvé l’état de mes joues et leur douceur d’avant l’arrêt de la pilule – ce que j’ai remarqué parallèlement, c’est que la taille des boutons que j’ai n’a rien à voir avec celle que j’observais avant la cure, et quand j’en ai, ils sèchent très rapidement. Je ne cris pas victoire car avec les hormones, on est jamais à l’abri d’une rechute.

D’ailleurs, statistiquement, les femmes replongent plus que les hommes. Les chiffres font peur mais je ne crois pas qu’il faille les regarder. L’acné est aussi beaucoup liée au stress, plus on a peur que ça revienne, plus on y pense, plus on crée un terrain favorable à la rechute. Alors, on lâche du lest ! Un, deux, trois ou même quatre bouton(s) n’ont jamais tué personne et cela ne veut pas dire que l’acné est en train de revenir.

J’ai aussi gardé les bons réflexes pris pendant la cure : je bois beaucoup (de l’eau et du thé vert), j’hydrate généreusement ma peau avec des huiles végétales (argan, jojoba et noisette, ma favorite) et je ne saurais que trop vous conseiller d’y passer – c’est le meilleur truc qui soit arrivé à ma peau – et surtout, je ne l’agresse pas, j’utilise essentiellement du maquillage bio et naturel, je fais la chasse aux silicones, huiles minérales et compagnie.

Pourquoi ? Parce que lorsque l’on a un profil d’acnéique, il vaut mieux éviter tout ce qui peut, à long terme, encrasser les pores. Les silicones ne sont pas dangereux mais ils sont difficiles à démaquiller. Si tous les jours vous vous maquillez le teint avec une BB-crème, par exemple, qui en contient, plus une poudre et un blush qui en contiennent aussi ; que vous faites une retouche en fin de journée, vous en mettez un sacré paquet de silicones sur votre peau.

Mes quelques conseils pour garder une peau saine et relativement nette

  • Bien manger, le plus « raw » possible, c’est à dire en évitant les produits transformés et les sucres raffinés qui ont tendance à exciter les glandes sébacées. Ça ne veut pas dire que vous ne pouvez pas manger une barre de Mars si un jour ça vous chante, ça veut dire qu’autant que possible, on les écarte de notre alimentation.
  • Boire, beaucoup. Pensez à avoir toujours une bouteille dans votre champ de vision pour vous obliger à boire même quand vous ne ressentez pas la soif. Alternez avec du thé et si ce n’est pas votre tasse, vous pouvez toujours aromatiser votre eau minérale avec un peu de citron par exemple.
  • Trouver la routine soin naturelle qui correspond le mieux à votre peau. Pour ma part, je reste assez fidèle au nettoyage à l’eau micellaire qui me convient bien même si j’aime de plus en plus utiliser mon beurre nettoyant Lulu & Boo. Soyez vigilantes avec les huiles démaquillantes qui contiennent de la paraffine qui est un puissant occlusif, choisissez-les bio. Abandonnez les produits matifiants et autres soins soi-disant magiques pour les peaux à problèmes ; dans le cas de l’acné, les huiles végétales sont vraiment nos meilleures amies.
  • N’abusez pas des masques purifiants et des gommages (un par semaine, pas plus) et optez pour une eau florale pour rincer votre eau micellaire ou retirer les éventuels résidus de calcaires qu’engendrent un démaquillage à l’eau. Quand on a des problèmes de peau, celle à la lavande fine est la plus indiquée mais c’est à vous de voir celle que vous préférez.
  • Bougez-vous, transpirez. Faire du sport est excellent pour la peau : ça stimule la circulation sanguine et la vascularisation des vaisseaux. In fine, on a le teint plus lumineux et on augmente le processus de cicatrisation des lésions.
  • Dormez-bien et éliminez le stress. Plus facile à dire qu’à faire – allez vite lire l’excellent article de Victoria qui vous donne ses bons conseils pour vaincre le stress – mais le sport y aide grandement.
  • Changez vos taies d’oreillers toutes les semaines ! On néglige parfois cet aspect mais mine de rien, on colle notre visage contre un tissu plusieurs heures par nuit et on y dépose des peaux mortes, des résidus de crème ou d’huiles, on transpire (parfois même on bave et… bon, ça en fait c’est juste pas sexy). Tout ça, l’acné s’en nourrit.

bilan un an après curacnéL’acné étant une maladie complexe aux causes multiples, ces points sont finalement de bon sens et entrent dans une logique d’une vie plus saine, pour une peau plus saine. L’acné n’est pas une fatalité et il y a forcément une solution qui vous conviendra à vous et rien qu’à vous. Ce fut le cas pour moi et Curacné. Si je devais refaire le traitement, je n’hésiterais pas.

Je l’ai bien vécu et je n’ai pas souffert des effets secondaires. Ce n’est pas le cas de tout le monde malheureusement. A l’arrêt, ma peau est redevenue normale. Au fil des mois, j’ai constaté qu’elle se remettait à briller en fin de journée mais très raisonnablement. Les seuls effets secondaires qui me sont restés sont :

  • Une sensibilité oculaire plus élevée, parfois quand il y a un peu de vent, un œil se met à larmoyer et c’est chiant. C’est assez rare que ça me le fasse mais je n’avais pas ce soucis avant le traitement.
  • Une cicatrisation plus lente, il ne faut surtout pas que je touche à mes boutons au risque d’avoir une marque rosée pendant plusieurs semaines. Ça marche aussi quand je me coupe ou que je m’égratigne – ceci dit, j’avais déjà plus ou moins ce problème avant.
  • Des cheveux très secs, c’est l’un des effets secondaires les plus marqués chez moi pendant le traitement. Je pouvais passer 3 semaines sans me laver les cheveux tellement mon cuir chevelu était sec… Il a fallu pas moins de six mois pour que je retrouve leur état à peu près normal et encore, je me contentais d’un shampoing tous les 10 jours – je ne me plains pas, en soi c’est cool. Le fait est que ça a bousillé leur nature (souple, ondulé versus rêche, raide moche) et qu’aujourd’hui, je fais face à une chute. Je ne pense pas que tout soit lié puisque les hormones jouent énormément dans l’apparence des cheveux mais je ne peux m’empêcher de faire le lien avec le traitement quand même.
  • Des ridules sur le front, là aussi, pas sûre que ce soit 100 % de la faute au traitement puisque bon, je vieillis et qu’à 27 ans on commence toutes plus ou moins à remarquer nos premières rides.

Je termine ainsi ce bilan un an après l’arrêt Curacné en espérant avoir répondu à vos interrogations – si ce n’est pas le cas, vos commentaires sont les bienvenus – et surtout, vous avoir rassuré. Gardez bien en tête que chacune d’entre nous est différente et que vous devez vous écoutez et écoutez votre corps.

J’ai reçu des mails et des commentaires tout au long de cette année écoulée qui insinuaient que je faisais de la publicité pour ce traitement. Ce n’est pas le cas, ma démarche avant, pendant, et après était de donner un retour juste de mon expérience, fatalement unique et subjective. Je sais que trop à quel point quand on vit mal son acné, on passe son temps sur des forums à chercher des témoignages. C’était le mien.

Je vous souhaite une excellente journée et clos cet article sur une note généreuse : vous avez encore quelques heures pour remporter l’un des 2 bons d’achat de 50 € Etsy mis en jeu pour les 4 ans du blog. Et il y a aussi, l’ensemble Ysé lingerie de votre choix, mes 5 essentiels Weleda et un abonnement à Cuisine Naturelle à gagner ;)

125 Comments

  • Avatar
    Reply Boubinette 10 novembre 2014 at 9 h 44 min

    Juste MERCI pour la grande qualité de ton article !! :-) Je ne prends plus la pilule depuis plusieurs années, car je n’en supporte plus aucune, donc ma peau c’est juste Cata… donc tous ces conseils me sont hyper précieux ! bon début de semaine :)

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 10 novembre 2014 at 18 h 49 min

      Bon courage, je pense que l’on finit toujours par trouver une solution même si le chemin peut être long !

  • Avatar
    Reply juliette 10 novembre 2014 at 9 h 50 min

    Encore une fois un article très intéressant et je confirme, ta peau est parfaite :) De mon côté, j’ai eu de la chance, l’arrêt de la pilule il y a plus d’un an maintenant n’a absolument eu aucune conséquence sur ma peau : je prenais Cerazette en même temps, qui apparemment est censée donner de l’acné… ça aurait été ballot ^^ Pas bête pour les taies d’oreiller, c’est tout simple mais on n’y pense pas : la prochaine fois que j’achète des draps, j’achèterai les taies en double, pour pouvoir les changer toutes les semaines sans changer forcément tous les draps à chaque fois !

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 10 novembre 2014 at 18 h 50 min

      Je n’y pensais pas non plus jusqu’à ce que je lise ça dans la version anglaise de Simple Things le mois dernier – ça m’a fait me sentir hyper crade d’un coup vu que je change mes draps et donc mes taies qu’une fois par mois :x

  • Avatar
    Reply claire ker 10 novembre 2014 at 10 h 09 min

    Salut, je te comprends beaucoup, j’ai 27 ans et combat toujours l’acné…
    j’ai moins d’acné qu’avant certes mais j’y suis encore sujette.
    je suis toujours sous pilule contraceptive ça aide beaucoup même si je sais que ça ne l’est pas pour mon corps.. je n’ai pas le courage de l’arrêter!

    Et oui tu l’as dis l’alimentation joue beaucoup sur ça, plus je mange sainement ( sans lactose, sans sucre raffiné et ne consomment plus de produits industrialisés) plus je vois une difference sur les boutons qui me restent, ils sont en train de partir.
    Et si j’ai envie de consommer une barre chocolatée car oui ça m’arrive d’être faible et bien je sais que dans quelques jours j’aurais à nouveau des boutons :/

    Et curacne jai essayé il y a deux, c’était tres bien à la fin du traitement et ça a durée un an. Apres on a interdit la pilule 3eme génération et la tout est revenue en pire.. (jen ai eu sur les joues alors qu’avant le traitement c’était que sur la zone T) la grosse déprime. .
    du coup j’ai repris à nouveau la pillule 3eme génération (triafemi) car elle est à nouveau commercialisé.

    Bon courage pour la suite et c’est vrai qu’on ne parle pas assez de l’acné adulte.

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 10 novembre 2014 at 18 h 53 min

      Oui du coup, l’arrêt de la pilule a dû provoquer un nouveau trouble hormonal qui a induit le retour de l’acné malgré la cure Curacné. Je pense que les médecins devraient davantage nous sensibiliser à l’aspect sevrage de tout traitement, arrêter sa pilule du jour au lendemain – et donc priver son corps de la dose d’hormones à laquelle il s’était habitué – est un non sens ! Alors évidemment qu’on se prend les conséquences brutalement :/

      • Avatar
        Reply pauline 12 novembre 2014 at 13 h 34 min

        Quand tu dis qu’il faudrait arrêter la pilule progressivement, je n’arrive pas à voir comment? Peux-tu m’éclairer?!

  • Avatar
    Reply Lili 10 novembre 2014 at 10 h 14 min

    Il faut que j’aille voir les vidéos ;-)
    Tiens, moi aussi, j’ai trop de kystes aux ovaires… Mais ça n’inquiète pas mes médecins.
    Triacnéal n’a jamais fonctionné sur moi non plus, bien au contraire.
    Pas bête l’histoire des taies d’oreiller : je note !
    Saleté de pilule quand même… (parfois) J’en ai pris 4 différentes et toutes ont eu leur lot de désagréments. Je lis le commentaire de Juliette et, pour ma part, Cérazette a été une horreur : de l’acné comme jamais et une importante chute de cheveux. Quand j’avais rechangé de pilule, on m’a fait remarquer sur mon lieu de travail que j’avais « enfin » fait quelque chose pour ma peau après quelques petits mois d’horreur.
    Je ne prends plus de pilule depuis bientôt 2 ans et galère avec ma peau depuis mais sans doute moins que ce que tu as connu. J’arrive à maintenir un état correct en ce moment. Sport, alimentation plutôt pas mal, etc. Je croise les doigts pour que ça s’améliore encore !
    Très intéressant ce billet :-)

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 10 novembre 2014 at 18 h 54 min

      Non le syndrôme des OPK n’est pas dangereux pour la santé, c’est juste ses effets qui sont compliqués à vivre :/ On ne t’a jamais proposé Androcur pour les « soigner  » ?

      • Avatar
        Reply Lili 11 novembre 2014 at 17 h 13 min

        Non, pas pour le moment à vrai dire mais je note ;-)

        • Laëtitia
          Reply Laëtitia 11 novembre 2014 at 23 h 03 min

          C’est le seul traitement que m’a proposé ma gynécologue mais ça fait un an que je me tâte… J’aurais bien envie de me débarrasser de certains effets gênants dus aux OPK mais l’idée de reprendre des hormones, ça me chafouine :/ Surtout que comme tous traitements dans le cas de dystrophie ovarienne, c’est uniquement suspensif…

          • Avatar
            Soizic 13 décembre 2015 at 15 h 50 min

            Je me permets d’intervenir. Tu as finalement pris Androcur ? Pour quelle raison souhaites-tu en prendre ? J’en ai pris pendant plus de 10 ans et je vous le déconseille fortement. ça ne va pas « soigner » vos microkystes et les effets secondaires ne sont pas à négliger (http://www.onmeda.fr/medicament/androcur-93235100.html). En ce qui me concerne, j’ai eu des douleurs pendant mes dix premières années de rapports sexuels. Il a fallu des dizaines de consultations chez les gynécos pour qu’enfin une gynéco avec formation dermato me dise que cela venait tout simplement d’Androcur qui entraînait une sécheresse vaginale, non détectée au toucher vaginal. Une gynéco m’avait même recommandé d’aller voir un psy, une autre de changer de partenaire… Faites gaffe avec Androcur, ce n’est pas un médicament anodin.

  • Avatar
    Reply Cynthia 10 novembre 2014 at 10 h 19 min

    Je me retrouve aussi dans ton témoignage. Après l’arrêt de la diane 35 (sans aucuns problèmes à déclarer, juste qu’on ne pouvait plus me la prescrire ), durant un an, j’ai testé trois autres pilules avec divers effets secondaires insupportables et un retour de l’acné beaucoup plus fort que pendant mon adolescence, même sous pilule… Finalement ma gynéco me l’a prescrite à nouveau puisque rien d’autre ne me convenait (par contre, elle pique maintenant, quasiment 30e). Quand je lis les témoignages de filles ayant eu le même type de problème que toi avec cette pilule, j’ai peur car j’ai un profil identique au tien (non fumeuse, sans problème de santé), donc cela peut m’arriver aussi… En attendant de savoir quoi faire comme choix à ce niveau, merci beaucoup pour ton témoignage et tes conseils qui seront utiles à beaucoup d’entre nous !

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 10 novembre 2014 at 18 h 57 min

      On ne peut rien prévoir malheureusement… Je n’ai vraiment pas eu de chance car j’ai toujours parfaitement toléré Minerva 35 (pas de prise de poids, pas de migraines supplémentaires, etc.) et paf, au bout de 8 ans ça déconne. Ça n’arrive pas à beaucoup de femmes, je te rassure… Mais disons que j’en veux assez à ma gynécologue de ne jamais m’en avoir proposé une autre, plus légère. De ne jamais m’avoir dit tout court que cette pilule n’en est pas vraiment une.

  • Avatar
    Reply cherrylou 10 novembre 2014 at 10 h 33 min

    Merci de partager, grâce à tes articles détaillés et complets, ton expérience. Presque deux mois après l’arrêt de la pilule, je continue de croiser fort les doigts en m’inspectant le visage de près tous les jours… Et le passage aux huiles (grâce à toi) a déjà été extrêmement bénéfique. J’attends la suite! Des bisettes ma jolie <3

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 10 novembre 2014 at 18 h 58 min

      Je croise aussi les doigts pour toi <3

  • Avatar
    Reply Fanny 10 novembre 2014 at 10 h 48 min

    Ton article est très intéressant et de qualité, merci pour ton témoignage; c’est agréable d’avoir un avis éclairé plutôt que celui de ma dermato’ antipathique ou de ma gynéco sans cœur.
    A l’adolescence, je n’avais pas une peau spécialement acnéique, mais avec la prise de pilule je remarque bien que certaines périodes du mois sont plus désagréables que d’autres pour ma peau. En plus, je suis du genre à tripoter ma peau (mais j’essaie d’y remédier!). Comme tu l’as suggéré, l’alimentation, le rythme de vie et les produits utilisés aident à nous sentir plus nettes et à éviter les crises de boutons. Bon courage en tout cas, rien qu’en parler ouvertement est une étape importante! Bonne semaine!

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 10 novembre 2014 at 19 h 01 min

      Qu’est-ce que ça me désole de lire tous ces témoignages qui en viennent toujours à dire que les médecins ne nous écoutent pas. Je me demande s’ils ont des cours de pédagogie et de relations humaines en médecine parce que le manque de compassion et d’écoute est presque systématique.

      J’ai eu la chance d’avoir toujours été suivie par une dermatologue douce, gentille et bienveillante – malheureusement, elle est partie à la retraite et je désespère d’en retrouver un ou une aussi bonne qu’elle. Bonne semaine à toi aussi :)

      • Avatar
        Reply Rowkawa 22 novembre 2014 at 20 h 45 min

        Je me permets de répondre ;) Je suis étudiante en médecine (5ème année) et NON malheureusement, nous n’avaons pas de cours pratique sur la relation médecin-malade. En 5 années de médecine, j’ai du avoir 4h de cours (théoriques donc pas franchement utiles…) sur cette relation.
        Je crois malheureusement que c’est un gros manque dans cet études et que l’empathie dépend ensuite de la personnalité de chacun :/

        • Laëtitia
          Reply Laëtitia 23 novembre 2014 at 1 h 08 min

          Tu fais bien d’apporter ton éclairage qui confirme ce que je pensais :/

  • Avatar
    Reply Ludivine 10 novembre 2014 at 11 h 03 min

    Très intéressant ton témoignage. J’ai arrêté la pilule en août car envie d’un bébé. Si j’avais l’impression de pas mal m’en sorte avec « juste » retour de l’acné sur la poitrine et le haut du dos , c’est de pire en pire avec la peau très très grasse et l’acné qui d’en prend maintenant à mon menton et qui commence à s’attaque au front. Mon moral en pâti beaucoup et j’essaie de trouver des solutions. J’avais été voir la dermato avant l’arrêt de la pilule, comme toi elle m’avait dit qu’à mon âge il n’y aurait pas de soucis, je ne la croyais pas et pour cause. Les cheveux plus gras aussi, je commence à avoir cette envie de me « cacher » et de le nettoyer le visage tout le temps même si ça serait pire que mieux….

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 10 novembre 2014 at 11 h 10 min

      Je trouve ça fou qu’ils disent ça les médecins alors qu’un brutal changement hormonal a inévitablement des effets sur la peau, les cheveux, le corps de façon générale. Plein de courage à toi et comme tu te lances dans l’aventure baby, tente les méthodes naturelles, ça ne coûte pas grand chose d’essayer ;)

  • Avatar
    Reply Chapsyk 10 novembre 2014 at 11 h 06 min

    Merci pour toute cette série d’articles de grande qualité !

    J’ai également un souci d’acné mais surtout de peau très grasse. Finalement les boutons, ce n’est pas ce qui me gène le plus car je n’en ai pas tant que ça mais je n’en peux plus de l’aspect luisant de ma peau. Pourtant j’ai appris à ne pas la décaper (contrairement à ce que je pouvais faire étant ado…), je suis passée par des crèmes, des huiles végétales, des cures de zinc, je fais attention au niveau de l’alimentation ou des silicones mais rien n’y fait, je me maquille vers 8h et à même pas 10h j’ai la peau luisante :(

    Je suis obligée de matifier toutes les deux heures avec des feuilles matifiantes mais du coup le maquillage ne reste pas et ma peau a toujours un aspect dégueulasse.

    J’ai fini par en parler à ma dermato qui m’a fait comprendre qu’en gros on en peut rien y faire. Elle m’a prescrit la crème Sebium de Bioderma qui bien évidemment n’a servi à rien. Je pense lui demander un traitement la prochaine fois que je la verrais car je n’en peux plus, mais je sens le refus arriver…

    Bref, félicitations à toi pour ces résultats et encore merci pour ton partage d’expérience ! Même si je n’ai jamais commenté, j’ai tout suivi :)

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 10 novembre 2014 at 11 h 19 min

      Tu as essayé l’huile de jojoba ? Tu te démaquilles à l’eau ? Il faudrait essayer de voir d’où peut provenir cet excès. Est-ce que tes cheveux sont gras aussi ? Si c’est le cas, c’est peut-être lié à une sensibilité aux hormones ou à l’alimentation.

      • Avatar
        Reply Chapsyk 10 novembre 2014 at 11 h 30 min

        Oui j’ai essayé l’huile de jojoba et l’huile de noisette qui sont les deux conseillées pour les peaux grasses. Elles sont plutôt efficaces au niveau de l’aspect général (moins d’imperfections, aspect moins granuleux) mais il n’y a pas eu d’effet régulateur au niveau du sébum.

        Pour mon démaquillage, j’utilise soit de l’eau micellaire, soit de l’huile démaquillante et je rince avec un nettoyant doux, puis un pschitt d’eau thermale Avène.

        Mes cheveux sont gras également effectivement. J’ai déjà pensé aux hormones (l’alimentation je fais attention et je consomme peu de produits laitiers, je bois presque 2L par jour, etc.) mais les médecins ne font rien de plus… Je vais insister la prochaine fois auprès de ma dermato car ils n’ont pas toujours conscience que ça peut être un vrai complexe au quotidien :/

        Merci pour ta réponse en tout cas :)

        • Laëtitia
          Reply Laëtitia 10 novembre 2014 at 11 h 31 min

          Avec plaisir ! J’espère de tout cœur que tu trouveras une solution à ton soucis :)

  • Avatar
    Reply Le Hibou et le Furet 10 novembre 2014 at 11 h 07 min

    jai suivi depuis le début tes mésaventures avec l’arrêt de la pilule et je suis vraiment ravie pour toi que ta peau soit redevenue aussi jolie :-)
    Pour tes cheveux, je ne saurai te conseiller mieux que les bains d’huiles… Je ne sais pa si tu en fais déjà, mais ça permet vraiment d’hydrater les cheveux, ils sont tout brillants après… J’ai banni tous produits chimiques dans mes cheveux, ce qui a beaucoup aidé aussi…
    Bon courage :-)

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 10 novembre 2014 at 11 h 13 min

      Oh oui j’en fait : argan, noix de coco, beurre de karité, tout y est passé et rien n’a vraiment fonctionné sauf un super masque John Master Organics qui coûte la modique somme de 38 €. Je l’ai terminé il y a quelques semaines et je vais attendre un peu avant de le racheter. Mais quoiqu’il en soit, ça faisait effet 2 jours et ensuite, la sécheresse des longueurs reprenait le dessus. Je n’ai pas le choix : il faut couper !

  • Avatar
    Reply Mythily 10 novembre 2014 at 11 h 10 min

    Merci pour cet article ! J’ai bien envie d’arrêter mais pas facile de trouver un médecin compréhensif qui me veuille pas te forcer à continuer. En tout cas, tu es magnifique !

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 10 novembre 2014 at 11 h 21 min

      La pilule ? C’est fou qu’on ne nous laisse quasiment pas le choix et que l’on essaie de tout résoudre avec la pilule qui n’est de toute évidence pas adaptée à toutes les femmes. Et puis zut, tu fais bien ce que tu veux avec ton corps quand même… Courage et merci pour ton gentil compliment :)

  • Avatar
    Reply Les causettes de Célestine 10 novembre 2014 at 11 h 18 min

    Quelle affaire cette acné hormonale… On est nombreuses à en souffrir et à devenir obsédées et déprimées par ça, moi la première.
    J’ai 31 ans et je lutte avec elle depuis mes 23 ou 24 ans!
    Pas merci à ma gynéco d’adolescence qui m’a prescrit comme première pilule Diane 35: j’avais 14 ans et je l’ai prise pendant presque 10 ans…
    Pas merci aux nombreux dermatos qui m’ont déglingué le corps à coups d’antibiotiques et autres crèmes asséchantes.
    J’ai toujours refusé de prendre Roaccutane par contre, j’avais une peur bleue de ce traitement, mais plusieurs dermatos me l’ont proposé.

    Aujourd’hui, j’ai abandonné la pilule et j’utilise l’anneau Nuvaring. J’ai abandonné toutes les crèmes spécifiques « acné » aussi. J’essaye d’être gentille avec ma peau, je n’utilise que du maquillage minéral quand j’en mets, et des produits « propres ».
    Ce n’est toujours pas parfait, j’ai des boutons par -ci par-là, et quelques microkystes (je les hais ceux-là!) qui refusent de disparaître sur mes mâchoires.

    Je tâtonne, je prends du recul et j’espère faire vraiment la paix avec ma peau un jour pas trop lointain. :)

    Célestine

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 10 novembre 2014 at 19 h 03 min

      C’est dingue, c’est un mal vraiment moderne. Quand j’en discute avec ma grand-mère en Italie, je n’ai pas l’impression qu’à leur époque autant de femmes souffraient de problèmes de peau. En tout cas, je pense que ta position relativement à ton acné est la bonne, ça peut commencer à changer à partir du moment où l’on arrête d’être autant exigeante avec nous-même (plus facile à dire qu’à faire hein mais bon).

  • Avatar
    Reply Aurore 10 novembre 2014 at 13 h 16 min

    Super article , tu as raison c’est bien en fesant des recherches sur le traitement roacutane que je suis tombée sur ton blog . A l’époque tu étais à peine à deux mois de traitement. J’ai pour ma part terminée le traitement en mai après un an de traitement à très petite dose loin de ce que j’étais censée prendre (j’en avais dailleurs parler avec toi ). Je suis donc plus ou moins inquiète sur l’avenir de ma peau et j’ai d’autant plus peur que j’attaque mon deuxième mois sans pillule. Marre à la fin de prendre une pillule qui on le sait toute (même si évidemment elle représente une réel avancer pour les femmes) nous détraque le corps. Donc voilà c’est mon choix malgré que ma dermato ma re-prescris Diane a la fin de mon traitement j’ai décider de ne pas la prendre. Elle a aussi décider de ne rien faire pour mes cicatrices j’hésite à aller voir un autre dermato pour le soulager de certaines crevasses qui me dérange . Je ne savais pas que certaines huiles pouvais améliorer la peau je vais me lancer dans cette recherche pour peut être remplacer ma creme effaclar duo qui m’a été prescrite et qui pour l’instant me donne satisfaction.
    En tout cas merci pour tout et jespere que tu n’auras pas de rechute :)

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 10 novembre 2014 at 19 h 05 min

      Haha oui, c’est la première requête qui mène à mon blog ! ^_^ Pour les cicatrices, il y a d’excellentes solutions comme le laser, je ne comprends pas trop pourquoi elle ne te le propose pas. Donc oui, tu fais bien d’en chercher une autre !

  • Avatar
    Reply Le Blog de Néroli 10 novembre 2014 at 13 h 24 min

    Super, super article ! Je me bats aussi contre une acné adulte (mais pas assez puissante pour nécessiter un traitement Roaccutane), les gens ne comprennent pas trop pourquoi ça me déprime mais je le vis assez mal… ressembler à une ado au lever… ne pas pouvoir se passer de ses produits traitants… se méfier du soleil, des composants dans les produits… J’ai clairement vu une différence depuis que j’utilise des cosmétiques plus « clean » (Antipodes, Aésop) et j’en suis ravie. Même si je sais que je ne suis pas tirée d’affaire ! Bises :)

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 10 novembre 2014 at 19 h 08 min

      Merci Mariel <3 Ah ça, l'absence d'empathie... Ou de tact aussi. Quand je venais de commencer le traitement, ma mère m'a dit : "Il était temps, ça boursoufle ton visage".

      Tu perds tellement confiance en toi, t'as l'impression que tout le monde ne voit que ça, que t'en es réduit à être "la fille qui a des gros boutons sur la gueule et qui n'a même pas l'excuse d'avoir 16 ans", si en plus on en rajoute... Bref, bon courage et si ça peut te rassurer, j'aurais jamais deviné que tu avais des problèmes de peau. Sur tes photos et tes vidéos, on y voit que du feu ^_^

  • Avatar
    Reply Claire7799 10 novembre 2014 at 13 h 28 min

    Merci pour ce témoignage et tes conseils! Moi aussi, j’ai les fameux OPK !! Je suis également en train de passer à une routine soin et maquillage plus naturelle et je confirme les autres conseils que j’essaye d’appliquer! Dès que je dérive, ma peau me le rappelle bien vite !!

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 10 novembre 2014 at 19 h 08 min

      Et après on nous dit que l’acné n’a rien à voir avec l’alimentation…

  • Avatar
    Reply Chloé 10 novembre 2014 at 14 h 01 min

    Coucou !
    Je suis tombé sur ton article un peu par hasard je l’avoue mais impossible de décrocher! J’ai lu tous les articles que tu as écrit se rapportant à ce sujet.
    J’ai été sous diane 35 pendant de nombreuses années et suite à un petit soucis j’ai été obligé de l’arreter 6 mois. Et là ce fut la catastrophe : acnés en pagaille, plus de règles pendant 6 mois, forte pilosité… J’ai donc gentille-ment repris ma diane 35 sous ordre de ma gynéco qui m’a quand même préciser que j’étais surement atteinte de kystes aux ovaires (comme toi si je comprends bien)
    A l’heure d’aujourd’hui je souhaiterais arrêter la pillule et m’occuper comme il faut de ce problème de santé sans avoir à le « mettre sous silence ». Cependant je dois avouer que les renseignement que je trouve sur ce problème d’hormones me font peur et j’ai du mal à passer le cap. Mais je dois dire que ton article m’a vraiment aider à ouvrir les yeux et me donne envie de faire les choses correctement comme tu as pu le faire !

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 10 novembre 2014 at 19 h 14 min

      Le problème Chloé c’est qu’on ne soigne pas les OPK. C’est un dysfonctionnement ovarien sans gravité (c’est juste relou si on veut des enfants, on peut mettre plus de temps pour tomber enceinte mais ça dépend vraiment des profils) (et les conséquences sur le corps aussi : acné, poils, cheveux gras, miam) qui diminue avec l’âge jusqu’à disparaître à la ménopause.

      Donc soit on s’accommode des effets sur le corps, soit on prend un traitement hormonal pour bloquer les hormones qui sont à l’origine des OPK. Sans doute pour ça que ton médecin t’a remise sous Diane… A toi de voir si tu es prête à observer comment fonctionne ton corps sans hormones, en arrêtant progressivement la pilule quand tu l’auras décidé et en traitant les symptômes un par un… Sachant que pour la pilosité, à part le laser, je ne vois pas.

  • Avatar
    Reply vanessaz 10 novembre 2014 at 14 h 51 min

    Merci beaucoup pour ce super article j avais lu avec attention ton billet sur le curacne c est ce qui m a fait découvrir ton blog et je m étais tellement retrouvé dans ton article. Les pleurs chaque soir au demaquillage la honte du regard des autres Berk l acné à 30 ans, en ce qui me concerne j ai craqué et repris ma pillule d orgine la jasmine et depuis tout s est calmé à part les boutons prémenstruels mais rien à voir avec ma crise passée, mais j ai envie de.la stopper à cause des effets secondaires et j ai peur de revenir un an en arrière … bref je vais me lancer un jour et j espère que ca ira … en tout cas merci pour ton blog qui est tellement pleins de bon sens et tellement agréable à lire on a l impression de te connaître et tu as l air d être une chouette personne ! Bisous
    Vanessa

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 10 novembre 2014 at 19 h 18 min

      Je comprends, franchement si la pilule ne m’avait pas été interdite, je me serai jetée dessus à nouveau. C’était confortable, je n’avais pas les soucis que j’ai maintenant et j’ai vraiment très très mal vécu le retour violent de l’acné. En tout cas, mille mercis pour ton gentil commentaire qui me touche beaucoup :)

  • Avatar
    Reply Stéphanie 10 novembre 2014 at 19 h 09 min

    Ah l’acné! J’en ai depuis l’âge de 12 ans et au début de la fac, j’en ai eu marre d’en être couverte (visage, dos). Après moult traitements par antibiotiques prescrits par mon dermato, il m’a conseillé le Roacutane (j’avais 19 ans, j’en ai 29 aujourd’hui). Passer les 1er mois et l’irruption de boutons inflammatoires sur tout le visage, l’état de mon visage s’est rapidement amélioré. MAIS : j’avais toujours mal au dos, les yeux très secs (je ne supportais plus mes lentilles et je devais me lubrifier les yeux plusieurs fois par jour), la peau et les cheveux ultra secs. Bref, la cata. Mais je n’avais plus de boutons, donc j’étais contente.
    Même après l’arrêt du traitement, j’ai arrêté d’avoir des boutons (bon un par ci par là, mais ça ne comptait plus). Mais j’ai gardé pleins d’effets secondaires : je n’ai pas pu remettre mes lentilles et je souffre aujourd’hui de sécheresse oculaire sévère, j’ai la peau du corps très sèche. Mes cheveux sont revenus à peu près à la normale. Je suis beaucoup plus sensible à la chaleur. Et j’en oublie sûrement.
    Il y a 2 ans, ma gynéco m’a changé de pillule (je prenais Diane 35 et je la supportais très bien), pour une moins dosée. Tout mes boutons sont revenus. Aujourd’hui, ça va un peu mieux mais c’est loin d’être parfait. Je ne pensais vraiment pas à presque 30 ans devoir me battre encore contre l’acné.
    En conclusion : pour moi, le traitement par Roacutane est très lourd avec beaucoup d’effets secondaires que l’on garde même des années après l’arrêt (pour ma part, qui ont même tendance à s’aggraver au fils des ans). De plus, les effets ne sont pas garantis sur du long terme. Ce n’est pas à prendre à la légère. Pour celles (ceux) qui veulent tenter les coup, réfléchissez bien. Pour ma part, je regrette un peu.
    J’espère que pour toi, ton acné ne repointera pas la bout de son nez.
    En tout cas, je trouve ça super que tu en parles. Merci à toi.

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 10 novembre 2014 at 19 h 22 min

      Je comprends tout à fait ton point de vue Stéphanie et c’est pour ça que j’ai bien précisé que je ne suis pas une fervente défenseuse de Curacné, je voulais juste parler de mon expérience et du poids qu’il m’a retiré – pour rassurer aussi parce que l’on entend presque que des témoignages accablants.

      Si je rechutais, je ne suis pas sûre que je ferais une deuxième cure, je me tournerais plutôt vers Androcur car de toutes évidences, j’ai une sensibilité accrue aux androgènes qui est à l’origine de l’acné. Bon courage et merci beaucoup pour ton commentaire :)

  • Avatar
    Reply Amalia_Okia 10 novembre 2014 at 19 h 13 min

    Super article, que je trouve très utile, car on n’a jamais assez de témoignages sur ces deux sujets : la contraception et l’acné ! Je te soutiens à 100% dans ta démarche qui a dû te demander pas mal de détermination durant ces mois de traitement. Et ce n’est pas non plus évident d’arrêter une contraception qui fait partie de notre quotidien depuis des années. Je connais aussi l’acné adulte et comme tu le dis si bien, c’est la slow cosmétique et ne plus boire de lait de vache qui m’a permis d’améliorer l’état de ma peau…

    Au plaisir de te lire. =)
    Amalia_Okia

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 10 novembre 2014 at 19 h 23 min

      C’est surtout le début qui a été dur, j’ai eu vraiment une sale tronche boursouflée pendant 2/3 mois. Après, comme je le dis dans l’article, dans mon malheur, j’ai eu la chance de très bien supporter le traitement et de n’avoir pas trop ressentis les effets secondaires – pour te dire, je n’ai même pas eu les lèvres sèches !

  • Avatar
    Reply Laura 10 novembre 2014 at 19 h 54 min

    C’est incroyable (et un peu triste) de voir comme ton article résonne et sonne familier pour de très nombreuses d’entre nous! Grosses poussées d’acné après arrêt de la pilule, gyneco indifférent, dermato peu compréhensif ( pour ma part je suis restée 10min dans son cabinet, suis ressortie avec un traitement qui « peut faire développer des tumeurs au cerveau passé 2 ans de traitement » et allégée de 85 euros! Par contre mon cœur lui pesait 1 tonne…), essai de multiples produits mais sans effets voir plus de dégâts…le regard des autres aussi, les remarques indélicates de nos proches du genre « tu devrais reprendre la pilule parce que là franchement ta peau… » Aie. Ouille.
    Bref, merci beaucoup pour ton témoignage plein de pudeur et de bons conseils! C’est un article à lire et relire!

    Bonne continuation à toi et à cet excellent blog :)

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 10 novembre 2014 at 20 h 00 min

      Oh merci Laura pour ton commentaire <3 Je te rejoins, c'est terrible de constater que nous sommes nombreuses dans cette situation et nombreuses à ne pas être entendues. Les professionnels de la médecine traditionnelle sont vraiment démunis face à ce problème qui semble bien superficiel pour beaucoup d'entre eux, sans doute parce qu'ils ne le vivent pas et ne l'ont jamais vécu. Ce manque d'écoute me sidère ; je me dis que j'ai eu beaucoup de chance d'avoir une dermatologue qui m'a suivie depuis l'âge de 13 ans et qui a toujours su m'écouter...

  • Avatar
    Reply Melie 10 novembre 2014 at 21 h 13 min

    Merci pour ton article .
    Quelques petites choses auxquels on ne pense pas mais :
    – nettoyer tous les jours son écran tactile de smartphone surtout si vous le collez contre la même joue-
    – nettoyer ses pinceaux fonds de teint en priorité et blushes sinon préférez vos doigts ( lavés of course et avec un peu de lotion-gel alcoolisée pour les mains qu on utilise en masse en hiver ).
    -mettre des gants
    -se nettoyer les mains et si métro ( religion hydropique sur les doigts ). On se touche le visage sans s en rendre compte énormément de fois dans la journée donc no comment …

    J espère que Ton traitement te fera de l effet . Je n ai jamais eu de l acnee ado . Elle est sortie vers 20 ans et elle me couvrait le dos , les bras , menton , front bref c etait pas la joie . A ce moment là ( (j en ai 38) on passait de la creme retinol A , à roacutane , puis à Diane 35 et reroacutane dans les pires cas. Que dire … Idem ici OPK , retinol A , puis roacutane à 32 ans , un an nickel et bam . Reprise de pillule … Puis arret pillule car je ne la supportais plus ( 12 ans et je fumais !!! Super la gyneco !!!) pour me retrouver couverte de boutons … J ai tenu un an . Donc reroacutane …. Un an même pas et explosion de bouton, microkystes ( j ai cru Peter les plombs ). Au final j ai eu un grave accident et les medicament m ont rendu les muqueuses tres tres sèches . Je n avais plus un poil de bouton … Maintenant après vis ma vie à l hôpital et mes 21 chirurgies : ben reboutons…. J ai repris la pilule …. CQFD . Je sais qu on peut intervenir sur les ovaires pour y faire des trous pour avoir des follicules pileux qui ne dégénèrent pas en kystes mais franchement je dis haut et fort ( et tant pis , j ai fait mon deuil d enfant ) : vive la ménopause !!!!
    On ne me fera pas croire que tout ce qu on mange ( et on veut autoriser le poulet javellisé venant des USA ?) , ce qu on boit, l eau du robinet ( que je n ai jamais vu depuis mes 14 ans ), tout ce qui se balade dans l air est bon . Combien de jeunes hommes sont dégarnis avant 30 ans alors qu il n y a pas un seul cas d alopécie oú autre chez eux et ascendants…
    Au final : j ai beau super bien mangé , voir trop bien ( sans lactose et sans gluten mais ca c est pour toutes les douleurs chroniques que je vis ), je me dis qu on se fiche carrément de notre tronche …..

    Dans 2 ans j ai 40 ans . Si je retire ma pilule : l ado de 16 peut se rhabiller je le bas de haut en bas !!!! Un jour, nous saurons …..

    Plein de courage ….

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 11 novembre 2014 at 11 h 26 min

      Ah oui nettoyer ses pinceaux et se laver les mains, évidemment ! ^_^

  • Avatar
    Reply Skull and Beauty 10 novembre 2014 at 22 h 34 min

    Je me reconnais bien, sauf que j’ai pris roacutane à 25 ans et j’ai fait une rechute 10 ans plus tard , même état que toi , dépression, ne plus supporter les miroirs ni voir ses amis …. bref ! J’ai pas repris ce traitement mais j’ai repris une pilule, qui a du aider , même si il a fallu 3 ans pour que ma peau aille mieux, c’est encore trop récent pour que j’apprécie totalement , mais ça je sais que tu connais cet état d’esprit aussi. Je pense que ceux qui te jugent en parlant de pub déguisée ne savent pas le mal être qu’on éprouvé, tellement profondément, que c’est plus une détresse quautre chose … bref merci de ce témoignage , moi j’ai pas réussi à en parler si ouvertement sur mon blog à l’époque !

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 11 novembre 2014 at 11 h 28 min

      Je comprends aussi que l’on puisse me dire que je fais de la publicité à Procuta car finalement, c’est un médicament. Ce n’est pas un truc cosmétique et par ailleurs, c’est un traitement lourd mais ces gens-là ne font pas non plus la distinction entre : je parle de mon histoire et j’encense un produit, ce que je n’ai jamais eu l’impression de faire :)

      En parler ici a été bénéfique, une sorte d’exutoire – surtout les premiers mois qui ont été difficiles. C’était aussi égoïste qu’altruiste ^^

  • Avatar
    Reply Helene de Excuse me I am French 10 novembre 2014 at 23 h 57 min

    Chouette de lire ce témoignage à coeur ouvert!
    Perso, ce que je trouve difficile avec l’acné c’est le regard des autres et l’impact que ça peut avoir sur la confiance en soi…
    Pour aider, je te conseille de consulter un pharmacien spécialisé en compléments alimentaires. Par exemple le radis noir etc. aide à éliminer les toxines de ton organisme qui peuvent favoriser l’acné.

    PS: petite coquille détectée dans ton article, sceptique et non septique ;)

    Bonne soirée!

    Helene
    http://excuse-me-i-am-french.blogspot.co.uk

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 11 novembre 2014 at 11 h 29 min

      Merci, je modifie parce que ça ne veut pas vraiment dire la même chose haha ;)

  • Avatar
    Reply Hanna - Love 'N' Roses 11 novembre 2014 at 1 h 12 min

    Merci pour cet article !

    Je vais tenter de lire tes articles connexes concernant Curacné dont j’ai beaucoup entendu parler. Cela fait plusieurs années que je souhaite voir un dermato mais je finis toujours par remettre à plus tard la visite.

    J’ai voulu acheter Effaclar de La Roche Posay mais la pharmacienne me l’a formellement déconseillé « 21 ans, c’est bien trop jeune pour mettre ces produits-là »… Et m’a conseillé d’autres produits que je trouve totalement inutiles… Je ne supporte plus ma peau grasse et mes pores dilatés. J’ai tenté le bio en fond de teint, ça a hélas été une catastrophe car le rendu n’était pas du tout naturel.

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 11 novembre 2014 at 11 h 32 min

      Trop jeune ? Non je pense juste que c’est un peu trop agressif pour la peau et qu’in fine ça fait pire que mieux ; j’en suis vraiment revenue des produits spécifiques pour l’acné que je ne trouve pas efficaces en plus d’être asséchants :/

  • Avatar
    Reply Hanna - Love 'N' Roses 11 novembre 2014 at 1 h 28 min

    Tu dis avoir arrêté la pilule, c’est possible de savoir à quelle contraception (si tu en as une) tu es passée ?

    J’ai vu mon médecin,pour changer de contraception il y a un an, sa réponse à été un peu plus claire… « À ton âge tu sais il n’y a pas mieux! » euh, certes, m’enfin la perte de libido, tout ça, on en parle où c’est pas de mon àge ?

    Du coup je reste sous pilule parce que « pas le choix » et pas l’envie d’en changer tous les 6 mois pour savoir laquelle me convient le plus donc… :/

    Mais bon, à des moments, c’est quand même pesant.

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 11 novembre 2014 at 9 h 42 min

      Ah c’est dingue, bien-sûr qu’on a le choix ! La dictature de la pilule. J’ai un DIU, stérilet en cuivre ;)

  • Avatar
    Reply Esthelle 11 novembre 2014 at 9 h 16 min

    Bonjour. Pour moi, c’est régime Ramoneur de Lush + Papulex = au bout de 2 mois, plus d’imperfections (1 peut-être au moment des règles??).
    J’évite d’agresser ma peau : je fais des soins tout doux, ce qui a été une révolution pour moi qui pensais que le décapage était synonyme d’hygiène.
    Bonne journée.

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 11 novembre 2014 at 23 h 01 min

      Je suis ravie de lire que tu as trouvé la solution à tes problèmes ! A bientôt :)

  • Avatar
    Reply itO 11 novembre 2014 at 10 h 41 min

    En cherchant un masque au soja pour cheveux secs, je tombe ce matin par hasard sur ton blog, Laëtitia, et ton histoire me touche beaucoup.

    J’ai moi-même subi une acné rosacée pendant plusieurs années. Tu évoques ton parcours avec simplicité et humour, je suis admirative. Tes conseils sont aussi tout à fait pertinents.

    Pour ma part, cette expérience m’a amenée à devenir végétalienne et à pratiquer la raw low cosmetic bio à 100% ^^

    Par contre, dans mon cas l’arrêt des produits laitiers a été une phase décisive, cependant c’est celui du gluten qui a permis une guérison remarquable.

    Mais comme tu le dis, l’acné est multifactorielle, c’est une recherche individuelle qu’il faut engager pour trouver ses propres remèdes. Et aux naturels, ils existent; pour de vrai ;-)

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 11 novembre 2014 at 11 h 33 min

      Tu as tout à fait raison ! Il faut tâtonner pour réussir à trouver là ou les solutions qui nous conviennent le mieux :)

  • Avatar
    Reply Mathilda 11 novembre 2014 at 11 h 48 min

    Il y a un petit peu plus d’un an, mes premiers boutons d’acné revenaient en force .. J’ai tout essayé … Crème Avene, lotions, eaux micellaires.. Et j’ai fini par adopter une routine bio. Mais depuis que j’ai repris les cours et que je suis en ville la semaine, mon front, les ailes du nez et mon menton sont redevenus de vrais champs de bataille…

    Du coup, comme ma sœur a de l’acné, je lui ai emprunté son traitement qui lui desséchait les boutons. épiduo et Cleanance expert… Ce matin en me réveillant, je pouvais à peine sourire car la commissure de mes lèvres était trop desséchée par l’Epiduo… Je pense prendre rendez vous pour essayer autre chose, comme Curacné car probablement que le traitement de ma sœur est mal dosé pour moi et inadapté. Bises

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 11 novembre 2014 at 23 h 00 min

      Oulala oui, tout ça me semble vraiment agressif pour ta peau ! Pourquoi ne pas essayer l’huile de jojoba ou de noisette en traitant tes lésions avec de l’huile essentielle d’arbre à thé ? Sur moi, c’est un combo qui fonctionne très bien :)

  • Avatar
    Reply Galathée 11 novembre 2014 at 11 h 52 min

    J’ai beaucoup aimé te lire, je me retrouve beaucoup dans tout ça, sauf que pour moi il s’agit d’une acné rosacée (qui n’est donc pas techniquement de l’acné mais peut en avoir l’aspect) qui s’est déclenchée vers 22 ans (j’en ai 29), avec une « crise » vers 27/28 ans.
    J’ai un peu tout essayé, le sans produits laitiers/sans gluten/sans sucre/cures de zinc/produits agressifs de para…
    Bref, ce qui marche le mieux pour moi, ce sont les produits dits « naturels », aloe vera et huile de jojoba, masques au rhassoul ou au miel (plus de gommage, le rhassoul suffit), crème basique hydratante Avène et maquillage Lily Lolo. Je ne comprends pas les dermatos qui conseillent à tour de bras des produits matifiants/agressifs, c’est le serpent qui se mord la queue, on agresse notre peau ainsi, et elle nous le rend pas très bien ;) Il faut des produits DOUX et neutres, point.
    Ce qui est le plus dur je trouve c’est la perte de confiance en soi !
    Et le truc des taies d’oreillers, je conseillerais même deux fois par semaine (et les draps deux ou trois par mois si on peut, car pas très facile de trouver le temps pour laver/faire sécher).

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 11 novembre 2014 at 22 h 58 min

      J’ai l’impression que l’acné rosacée n’est pas aisée à traiter… Je lis souvent ici des témoignages de filles qui en souffrent et ont du mal à s’en débarrasser – je ne saurais trop quoi te conseiller, tu as l’air de faire les choses vraiment bien :/

      En tout cas, je te souhaite du courage et je suis persuadée qu’à force de soins naturels, tu retrouveras une jolie peau :)

  • Avatar
    Reply Manon 11 novembre 2014 at 13 h 42 min

    Bonjour, je me retrouves bien dans tes paroles ! J’ai eu de l’acné depuis mes 9/10 ans, j’ai attendu vers mes 16 ans pour prendre le curacné. Ensuite, pendant environ un 1 ans j’ai eu une très belle peau, pas d’imperfections du tout ! (le rêve !!). Arrivé en été j’ai commencé à ravoir des boutons, mon médecin m’a dit de changer de pilule (alors que le mienne me convenait bien au niveau du poids, cholestérol etc…) et là le drame !!! La galère était de retour, je retourne voir mon dermatologue qui me redonne le curacné ! J’ai beaucoup pleurais, car la première fois j’avais tellement eu d’effets secondaires que je ne sortais plus et n’allais plus en cours. Cette année là a était dure, aussi bien moralement que physiquement mais aujourd’hui cela fait 3ans que je n’ai plus rien et j’espère mettre débarrassée de l’acné pour un bon bout de temps !
    Sinon, les effets secondaires que j’ai gardé sont les douleurs aux os quand je suis fatiguée, et comme toi la sensibilité occulaire.
    Bisous ! :)

    http://www.ladyjolie.com

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 11 novembre 2014 at 22 h 56 min

      Merci Manon pour ton témoignage ! J’espère que comme toi, les effets du traitement vont être durables :)

  • Avatar
    Reply Julytoseptember 11 novembre 2014 at 14 h 50 min

    C’est ce que j’adore sur la blogo : on se sent moins seul et on peut partager plein de trucs, les magazines féminins manquent souvent d’objectivité je trouve donc j’aime la confiance qui s’installe sur les blogs :) Je souffre aussi d’acné à 21 ans malgré une hygiène de peau que je pense bonne (bon, l’hygiène de vie c’est autre chose, disons que je fume). Ma gynéco, contrairement à la tienne, est très très précautionneuse quant à la prescription de la pilule! Je voulais une pilule anti acné pour m’éviter le Roaccutane ou le Curacne que je garde en dernier dernier recours, et elle vient de me prescrire la petite soeur de Diane 35 après m’en avoir donné 2 autres avant qui n’avaient pas réduit assez l’acné selon moi. Et je pense qu’elle ne me passera jamais sous Diane car elle est très à cheval sur la nouvelle procédure de prescription (normalement pour voir une dernière génération, il faut tester les anciennes avant et pour Diane, théoriquement il faut prouver que les traitements dermatos ont échoué!). Bref, donc j’attends beaucoup de Jasmine, je sais que Roaccutane c’est souvent radical mais les effets secondaires me font trop peur et j’ai la peau assez sensible paradoxalement. Côté soin j’adore les huiles naturelles depuis que Coline me les a faites découvrir! Et pour le maquillage, je ne m’en passerai jamais mais j’utilise du Clinique considérée comme une marque dermato aux US.

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 11 novembre 2014 at 22 h 55 min

      Heureusement, après cet épisode malheureux, j’ai changé de gynécologue. Je ne pouvais plus avoir confiance en elle – surtout après qu’elle m’a dit : « Non le stérilet à votre âge non, et encore moins sans enfants. Oui mais alors, je fais quoi docteur ? Eh bien, il reste des méthodes dites naturelles… » Je suis sortie de son cabinet en me disant en moi-même : plus jamais je remets les pieds ici !

      Bref, je te souhaite que cette nouvelle pilule te convienne :)

      • Avatar
        Reply Julytoseptember 12 novembre 2014 at 11 h 26 min

        Des méthodes naturelles?! Conseillée par une gynéco!! Mieux valait prendre tes jambes à ton cou oui! Merci je croise les doigts!!

  • Avatar
    Reply Sabrina 11 novembre 2014 at 19 h 56 min

    Bonjour,
    Bien contente de te lire. Moi aussi arrêt de Curacné en octobre il y a un an. Arrêt de la pillule en février 2014. Peur de l’effet rebond.
    Je touche du bois, qq petits boutons par ci par là mais plus de « kystes » au menton…oufff !!!
    J’ai remarqué aussi des rides/ridules sur le front après l’arrêt de curacné.
    A l’heure actuelle, ma peau est plus fine et elle marque plus.
    Depuis qq semaine (peut-être le changement de saison), j’ai l’impression que ma zone T devient plus grasse… je sais pas…. peux tu me conseiller qq chose?!
    Je garde une certaine routine car j’ai peur que cela recommence…
    Bon courage pour la suite et merci pour tes articles.

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 11 novembre 2014 at 22 h 49 min

      L’huile végétale et bio de jojoba ? C’est une huile excellente pour les peaux grasses car c’est la seule dont la composition se rapproche le plus du sébum. Par conséquent, elle crée un film qui dupe les glandes sébacées qui cessent alors leur sur-production. Je te la conseille vivement :)

  • Avatar
    Reply Alice 11 novembre 2014 at 21 h 30 min

    Bonjour,

    Merci pour cet article très bien fait. Cela fait des mois que je prends sur moi pour supporter mon acné et ne pas reprendre la pilule (arrêtée sans trop de problème il y a cinq ans). J’en suis venue au point où mon acné m’obsède et me gâche vraiment la vie. Je souhaiterais reprendre la pilule pour trois mois, juste le temps de « souffler » psychologiquement (et de laisser ma peau cicatriser, aussi).Penses-tu que trois mois soient suffisants pour créer une accoutumance et engendrer ce fameux effet rebond à l’arrêt ? D’autre part, qu’entends-tu par « arrêt progressif » de la pilule ? Un jour oui, un jour non ?
    Encore merci pour tes précieux conseils ! Bisous.

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 11 novembre 2014 at 22 h 48 min

      Bonsoir Alice, pour être tout à fait honnête avec toi : ça ne servira à rien du tout sinon à détraquer encore plus ton système hormonal. Par ailleurs, il faut au moins trois mois pour que les effets des hormones de synthèse se fassent ressentir sur la peau. Bref, je te le déconseille vraiment.

      L’arrêt progressif se fait sur une période plus ou moins longue, il faut couper ton cachet : le 1er mois tu prends les 3/4, le second la moitié, le troisième un quart avant de l’arrêter finalement. C’est bien expliqué ici : http://petiteceriz.com/2013/05/01/acne-et-pilule-comment-arreter-cette-daube-de-pilule-part-2/ C’est une méthode qui n’est évidemment pas encouragée par la plupart des médecins… A ne pas prendre à la légère. Bon courage à toi :)

  • Avatar
    Reply Alexia 12 novembre 2014 at 13 h 31 min

    Merci pour ton article, félicitations. Il est très complet, très authentique, je m’y reconnais. J’ai 30 ans et jais vécu la même expérience à 27 ans. J’ai fait 3 traitements de roacutan et une crème avec retinol quelques mois plus tard. Après j’était plus ou moins stable et actuellement le changement plus espectaculaire a été ne plus consommer des produits laitiers, ça m’a fait vraiment du bien. Puis je suis totalement d’accord avec les huiles essentiels, pour les boutons occasionnels j’utilise l’huile essentiel d’arbre du thé et pour les marques qui laissent les boutons (même si j’y touche pas) pigmentclar de la Roche-P. Pour renforcer les défenses pour celles qui font des mycoses à répétition j’ai découvert (tard) les probiotiques de Pileje , et surtout manger vert et faire du sport, le stress est toujours là mais au moins on peut contrôler le reste. Bonne chance pour le futur.

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 14 novembre 2014 at 19 h 06 min

      C’est dingue n’empêche l’impact de la consommation de produits laitiers sur l’organisme… !

  • Avatar
    Reply Mélanie 12 novembre 2014 at 15 h 03 min

    Merci beaucoup pour ton (tes) témoignage(s). J’ai traversé la même galère exactement au même moment que toi.

    Je trouve que l’acné est un fléau et une maladie qui casse la confiance en soi (quand déjà on en a pas énormément….). Enfin, bref. Personnellement, j’ai repris la pilule et tout va très bien en ce moment mais je vis avec cette « épée de Damoclès » au dessus de la tête et je pense souvent au jour ou je devrais l’arrêter… J’appréhende déjà.

    J’espère que quand j’arrêterai, les méthodes naturelles seront efficaces.

    Merci encore,

    Bises,

    M.

    http://dmedr.blogspot.fr/

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 14 novembre 2014 at 19 h 08 min

      Il n’y a pas de 100 % efficace quand on parle d’acné, et encore moins de méthodes naturelles pour soigner l’acné qui est une maladie aux causes multiples et complexes ; tu verras ça en temps voulu et ce n’est même pas dit que tu doives affronter un rebond à l’arrêt de ta contraception ;)

  • Avatar
    Reply Louisa 12 novembre 2014 at 19 h 08 min

    J’ai vraiment aimé ton article, surtout que je me sens un peu concernée.
    J’ai une peau acnéique (++) depuis près de huit ans (mais bon de l’acné d’ados on va dire puisque j’ai que 18 ans). Depuis que j’ai 10 j’ai eu la chance de voir 3 dermato différents, de tester 8 crèmes différentes, 4 antibiotiques différents et mon cher curacné (hello mon traitement qui m’a fait vivre la pire année de ma vie) pour que mon acné revienne 6 mois après (un peu moindre mais quand même, comme tu dis après presque 1 ans sans bouton .. bah ça fait mal de s’y remettre). Personnellement ce qui m’a le plus dérangé durant le traitement c’était l’assèchement des lèvres (d’ailleurs même un an et demi après elles sont très très sensibles) et la déprime puissance 1000. On m’a reproposé de recommencer le traitement, mais pour moi c’est non merci, bye curacné, je ferai comme si j’acceptais mes boutons.
    Je suis de nouveau sous antibiotiques + une crème (mais cette fois ça marche un peu..). J’espère que ça finira par passer, je t’avoue que ton article me fait un peu perdre espoir mais bon je vais retenir que le bon côté des choses.
    Je suis contente d’avoir lu un article de ce type, parce que bien trop souvent on lit des articles de filles qui conseillent de cacher leurs boutons (ou qui n’évoquent même pas les boutons en fait) et on se sent toujours un peu à part dans notre monde d’acné (so glam en plus). Donc bref, merci quoi ! Et merci, parce que ça m’a permit d’extérioriser un peu, c’est toujours vraiment cool :)
    Bisous

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 14 novembre 2014 at 19 h 10 min

      Dieu que tu en as testé des trucs pour ton si jeune âge ! Et non, il ne faut pas perdre espoir, l’acné se soigne, il faut juste trouver ce qui nous convient et puis, à 18 ans, on a encore le temps de voir comment ça évolue et je dirai même que ce n’est pas exceptionnel d’en avoir à ton âge ;)

  • Avatar
    Reply Hillswick 12 novembre 2014 at 19 h 09 min

    Waouw, quel superbe article !
    J’ai des problèmes de peau mais lire ton article me fait clairement relativiser ! Quel courage d’écrire tout ça !
    Merci pour les conseils que tu as laissés :)

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 14 novembre 2014 at 19 h 11 min

      Avec plaisir :)

  • Avatar
    Reply Mary Singing-Bird 13 novembre 2014 at 21 h 49 min

    Ah les joies de l’arrêt de la pilule ! J’ai dû aussi l’arrêter il y a bientôt deux ans pour des raisons de santé (palpitations cardiaque, souffle court et hypertension : le tout sans boire, sans fumer et en mangeant sainement bien sûr !).
    Et bien autant dire que j’ai bien souffert pendant plus d’un an avant que tout redevienne à la normal !!
    J’ai eu la peau à la fois sèche et grasse, les cheveux mi sec – mi gras avec des pellicules (glam glam glam !) et des boutons moi qui n’avait jamais eu d’acné !
    J’ai dû couper mes cheveux long : entre les chutes de cheveux et mon cuir chevelu recouvert de boutons … Capilairement parlant ça a été un massacre !
    J’ai utilisé beaucoup de produits naturels mais le seul remède efficace a été la patience !
    Bon courage à toutes celles qui passent par cette étape mais on se sent tellement mieux après :)

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 14 novembre 2014 at 19 h 12 min

      En tout cas, c’est rassurant de voir que tout est rentré dans l’ordre au bout d’un an ! :)

  • Avatar
    Reply Alice 15 novembre 2014 at 20 h 55 min

    J’ai eu un crise d’acné également à 21 ans mais sans aucune raison particulière. N’ayant jamais eu vraiment d’acné et commençant ma vie pro c’était assez dur à gérer. J’étais très complexée et j’ai essayé beaucoup de produits de parapharmacie qui ne faisaient rien du tout. Au bout de 6 mois je suis allée chez le dermato ( Oui j’ai autant attendu car je pensais que ça allait passer… ), il m’a fait limite pleurer en me disant  » je vous prescris ça mais bon je ne pense pas qu’il y aura de changement, on verra plus tard pour des traitements plus forts « . C’était différentes crèmes/lotions ect et bien malgré ce qu’il m’a dit ça a hyper bien fonctionné! J’ai eu la peau qui pelait un peu c’est sûr mais au bout de 3 mois max je n’avais plus rien et aucun effet secondaire! Je ne me rappelle plus exactement du nom des produits mais ça m’a bluffé. Avec le recul j’aurais du consulter immédiatement après les premiers boutons, ça m’aurait épargné les cicatrices. Tout ça pour dire qu’il ne faut pas désespérer, je conseille plutôt d’essayer les traitements soft au début et si vraiment cela ne fonctionne pas, des traitements comme le tien peuvent être adaptés. Et exit les produits type avène, la roche posay, clinique ect ça ne marchera pas sur de la vraie acné!

  • Avatar
    Reply Martin 18 novembre 2014 at 15 h 16 min

    Chère Laeticia,

    C’est toujours un plaisir de te lire.
    alala l’acné…quand elle nous tient

    Personellement, j’ai été sous Diane pendant plus de 6 ans avant qu’elle ne soit retirée du marché.
    Ma gynéco m’a alors mise sous Leelo et là se fût la catastrophe, mon acné est revenue.

    Du coup, je suis actuellement sous androcur et estreva, j’essaye de diminuer Androcur petit à petit mais la criante est toujours là.

    Je voulais te demander si la traitement curacné pouvait se faire à m’importe quel âge?

  • Avatar
    Reply Caro 19 novembre 2014 at 12 h 23 min

    Bonjour Laeticia,

    Gros coup de blues depuis une semaine. Je suis sous Curacné depuis presque 1mois. A 25 ans je fais une récidive d’acné (depuis un an environ) après l’arrêt de Diane 35.
    Comme toi: menton, joues, cou. J’ai tout fait: effizinc, doxycycline, photothérapie, etc … J’ai craqué et décidé de commencer Curacné, comme toi avec beaucoup d’appréhension. 1ères semaines j’ai perdu pas mal de cheveux, qui sont devenus très secs. Mes yeux pleurent pas mal et j’ai mal au dos. Supportable quand on se dit que ces effets en valent la chandelle. Depuis la semaine dernière « la poussée » est arrivée. Je me sentais vraiment super triste hier, puis je suis tombée sur tes articles. J’ai tout lu (et relu et relu): un grand merci pour tes conseils et ta bonne humeur, ça m’a vraiment « reboostée ». De plus, je trouve ça très courageux d’en avoir parlé de façon si ouverte et directe.
    Encore un grand merci, et très bonne continuation à toi :-)

    Caro

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 19 novembre 2014 at 13 h 10 min

      Bonjour Caro, je te souhaite plein de courage, les premières semaines sont les plus difficiles. Plus tu avanceras dans la cure, plus ce sera supportable. Prend bien soin de toi, repose-toi et n’hésite pas si tu as des questions ou besoin d’être rassurée :)

  • Avatar
    Reply Sarah 19 novembre 2014 at 17 h 46 min

    Coucou! Fidèle lectrice plus ou moins silencieuse, je tenais à te remercier pour tes articles au sujet de Curacné et les différents bilans. C’est en parti grâce à toi que j’ai eu le courage de retourner voir mon généraliste et demander une lettre explicite de tout ce que j’avais essayé etc, ainsi qu’un changement de dermato – afin d’avoir enfin une discussion et prescription pour curacné à 23 ans. J’ai toujours eu une acné mineure, plus ou moins tenue à carreau par la pilule aussi. Puis il y a quelques années, à l’arrêt de la pilule l’acné s’est bien installée. Elle était résistante aux crèmes prescrites, aux antibio, au zinc, aux produits bio, au changement d’alimentation… J’avais de vilains micro-kystes qui laissaient de belles cicatrices, sur le front plein de petits boutons etc. J’ai commencé à lire énormément de choses au sujet de Curacné mais c’était surtout des ados. Mon dermato de l’époque, à part me dire « oui effectivement pour votre âge ça peut être gênant, venez on retente antibio » n’a pas su répondre à mes besoins et attentes. Tes articles ont fait mijotés l’idée en moi de façon plus précise, m’ont rassuré face aux effets indésirables. En septembre j’ai donc eu mon rdv et j’ai commencé la cure en Octobre. Depuis, je croise les doigts pour que tout se passe bien. Pas d’explosions de boutons du tout (ça m’a surprise d’ailleurs), uniquement les lèvres d’une sécheresse terrible (aucun baume ne m’aide réellement), sécheresse oculaire (en plus du port de mes lentilles c’est pas top) et la peau de mon visage qui tiraille un peu. J’aimerai savoir si pour toi la fatigue est un effet qui était présent? Je vais relire les articles pour voir ce que tu prenais pour les yeux, parce que c’est assez nul le matin de se réveiller en ayant l’impression de se poncer les yeux ;-)
    Alors oui, j’ai pris longtemps avant de sauter le pas, mais je ne regrette pas pour autant.
    En tout cas, voilà, un grand merci, tu m’as rassuré par rapport à ce traitement qui n’est certes pas sans enjeux, mais souvent très diabolisé.

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 19 novembre 2014 at 18 h 07 min

      Bonjour Sarah, merci beaucoup pour ton commentaire. Pour les yeux, je mettais du sérum physiologique et quant à la fatigue, elle était effectivement bien présente, surtout au début en fait. Tu peux faire une cure de magnésium pour te booster un peu, ça ne peut pas faire de mal :) Tu devrais ressentir un peu moins les effets du traitement au fur et à mesure, tout du moins t’y habituer. Plein de courage toi ! :)

  • Reply Lettre à toi mon corps, mon ami, mon ennemi. | The Green Geekette 4 décembre 2014 at 7 h 17 min

    […] bombe était ainsi lâchée, j’avais ce qu’ils appellent le « syndrome des ovaires polykistiques ». Oh rien de mortel dans les 5 heures comme mon appendicite ou mon occlusion intestinale on […]

  • Reply Beauty best of 2014 - Eleusis Megara 30 décembre 2014 at 9 h 02 min

    […] m’a confirmé que la chute se profilait, essentiellement à cause de ces fucking hormones ! Le traitement Procuta que j’ai terminé en novembre 2013 a aussi pas mal fait souffrir ma tignasse qui est devenue […]

  • Avatar
    Reply LN 30 décembre 2014 at 11 h 39 min

    Bonjour Laetitia :)
    Je me permets de te contacter ici car je t’ai envoyé un message en privé sur IG mais je pense que tu ne l’as pas eu :/
    Je voulais savoir comment tu avais fait en été ? Je suis sous CURACNÉ depuis 2 mois et j’ai encore 6 mois de traitement (j’ai fait 2 cures étant plus jeune mais ma dermato me stoppait le traitement au bout de 6 mois à chaque fois alors que je n’avais pas la dose minimum (entre 120 et 150mg par kilos) pour éviter au max la rechute (>.<)
    Bref je la refais aujourd'hui avec mon médecin traitant qui m'a tout de suite parlé de ce dosage minimum (il s'y connait mieux qu'elle c'est un comble !).
    Bref. Je m'égare.
    Je voulais donc savoir si tu avais suspendu ton traitement ou continué avec des écrans total et sans t'exposer bien sûr vu que c'est hyper sensibilisant et photosensibilisant :/
    Merci par avance de ta réponse et désolée pour le roman ^_^

    • Avatar
      Reply LN 30 décembre 2014 at 11 h 48 min

      1000 excuses tu viens de me répondre ^_^
      Belle journée à toi :)

      • Laëtitia
        Reply Laëtitia 30 décembre 2014 at 11 h 53 min

        Non, ne t’excuse pas. C’est ton commentaire ici qui m’a interpellée ;)

  • Reply Prendre soin de sa peau en hiver - Eleusis Megara 16 janvier 2015 at 10 h 48 min

    […] me souviens que ma dermatologue m’en avait parlé à l’époque où j’étais sous traitement Procuta, je ne l’avais pas essayé à ce moment-là mais je dois dire qu’il fait bien son job […]

  • Reply Avoir une peau nette - Eleusis Megara 11 février 2015 at 9 h 01 min

    […] que d’une seule chose : avoir une peau nette. Plus d’un an après l’arrêt de mon traitement à l’isotrétinoïne, je souffle. Je me couche avec un peu d’aloe vera couplée à de l’huile de jojoba sur […]

  • Avatar
    Reply Jessica 26 mars 2015 at 23 h 49 min

    Hello

    Superbe article !!

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 9 août 2015 at 23 h 52 min

      Merci :)

  • Avatar
    Reply Victoire 4 août 2015 at 20 h 29 min

    Merci pour ta série d’articles sur le Roaccutane!

    Je me trouve dans la même situation que toi pré-traitement et je pense que je vais me lancer.

    Ca m’a fait plaisir de pouvoir trouver un témoignage complet et honnête, ainsi que toute une série de conseils judicieux!

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 9 août 2015 at 23 h 52 min

      Mais de rien :)

  • Avatar
    Reply Sophie 9 août 2015 at 23 h 26 min

    salut, est-ce que tu as des conseils pour arreter la pillule après le traitement? j’ai très peur que l’acné revienne dans deux mois, je l’ai arreté un mois après la fin du traitement et me voila en panqiue…

  • Avatar
    Reply Soizic 13 décembre 2015 at 16 h 00 min

    Un grand merci Laëtitia pour avoir partagé ton expérience sur le traitement Curacné. Ton témoignage me touche énormément, car après avoir passé des centaines d’heures à faire des recherches sur Internet, je trouve enfin quelqu’un qui a des OPK et à qui Curacné a fait de l’effet. Par contre, tu as l’air de dire que tu avais à nouveau quelques boutons après l’arrêt du traitement. Où en es-tu à l’heure actuelle ?

    De mon côté, j’ai tout essayé : Androcur, Diane, antibios, traitements naturels (détox hépatique, arrêt des glutens et lactose, bardane, huile de jojoba, tea tree…). J’ai 32 ans, et encore de l’acné juvénile avec l’apparition de microkystes depuis la détox. D’ailleurs j’en profite pour mettre en garde contre les remèdes naturels. La bardane peut parfois empirer l’acné, et avoir d’autres effets bien plus graves, faites très attention.

    Du coup, je pense sérieusement essayer Curacné. Mais les effets secondaires me font très peur, et surtout son effet sur le foie. Tu n’as plus d’effets secondaires depuis l’arrêt du traitement ? As-tu réussi à te débarrasser des cicatrices ? J’ai moi aussi le syndrome des ovaires polykystiques et j’ai lu quelque part que Roaccutane ne servait à rien dans ce cas, car on récidivait forcément. Apparemment ça n’est pas ton cas, et c’est rassurant. Confirmes-tu que les boutons ne sont toujours pas réapparus ? Je n’arrive plus à me regarder dans un miroir et je ne peux pas envisager de sortir de chez moi sans maquillage. Cela devient très dur psychologiquement et tes posts me redonnent enfin espoir. Merci encore pour ton témoignage.

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 13 décembre 2015 at 17 h 02 min

      Bonjour Soizic, je te rassure : deux ans après l’arrêt du traitement, ma peau est toujours nickelle et quand je disais que j’avais quelques boutons, c’est vraiment très minime et occasionnel (avant et pendant les règles par exemple). Pour moi, Curacné a réellement été miraculeux et je ne regrette absolument pas de m’être lancée malgré tout ce que j’ai pu lire de négatif. Pas de cicatrices à signaler, je suis vraiment enchantée du résultat, sans réserve – et pourvu que ça ne revienne jamais.Concernant les effets secondaires, je n’en ai pas trop eu pendant le traitement comme tu as pu le lire et après, je n’ai rien remarqué sinon que j’ai changé de type de peau et qu’elle a désormais tendance à la déshydratation et que j’ai les articulations peut-être plus sensibles. Je comprends ton désespoir, je ne peux pas te conseiller de prendre ou pas Curacné, chaque patient réagit au traitement différemment mais ça peut être une solution. Parles-en avec un dermato :) Plein de courage !

      • Avatar
        Reply Soizic 13 décembre 2015 at 23 h 59 min

        Merci beaucoup Laetitia d’avoir répondu aussi rapidement et de manière encourageante. C’est quand-même un peu inquiétant cette histoire d’articulations plus sensibles…

        • Laëtitia
          Reply Laëtitia 14 décembre 2015 at 0 h 02 min

          Oui mais le rapport risques/bénéfices était intéressant pour moi. A toi de voir pour toi-même :)

          • Avatar
            Soizic 15 décembre 2015 at 22 h 57 min

            Je comprends bien. J’ai rendez-vous début janvier chez le dermato. D’ici-là je teste un dernier traitement naturel, ce qui me laissera le temps de choisir.

  • Avatar
    Reply jenny 10 mars 2016 at 17 h 24 min

    Bonjour,

    je suis actuellement sous curacné depuis tout juste 1 mois et j’aimerai savoir a partir de combien de temp tu a commencé a avoir des résultats sur ta peau ?
    En tout cas un grand merci pour tes articles qui font beaucoup de bien au moral.

  • Avatar
    Reply Suz 26 mars 2016 at 11 h 26 min

    Coucou Laetitia,

    je voulais simplement te féliciter pour la fin de ton traitement curacné ! (même si ça fait déjà un moment :-) Je suis moi-même entrain de le faire et il me reste 45 jours…. J’ai trop hâte d’avoir fini. Je suis entièrement d’accord avec toi, les effets sont désagréables mais c’est mille fois mieux que la galère des boutons !
    C’est la meilleure décision que j’ai prise dans ma vie et mon seul regret c’est de ne pas l’avoir fait avant ! Je n’aurais pas du écouter les cons (nes) qui me décourageaient de le faire parce qu’eux, bien sûr, ne savent pas ce que c’est que de pleurer devant un miroir !

    Encore Bravo ! ! ! et Vive l’isotrétinoïne !

  • Avatar
    Reply Virginie 20 juin 2016 at 10 h 34 min

    Bonjour Laetitia et merci pour ton superbe site.
    Je me retrouve en ton article puisque j’ai moi aussi un SOPK.
    Je viens de commencer ANDROCUR mais de voir que Curacné a marché et marche encore malgré ton OPK, me donne plus envie de tester ce produit plutôt que la prise d’hormones et les effets secondaires qui vont avec.
    Est ce que ta peau est toujours jolie aujourd’hui?

    Merci beaucoup

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 20 juin 2016 at 10 h 46 min

      Bonjour Virginie, l’acné est toujours un mauvais souvenir pour moi ! Je croise les doigts pour que ça le reste :) Plein de courage !

  • Avatar
    Reply Servane 13 avril 2017 at 19 h 47 min

    Coucou Laetitia :)
    Je viens de finir Curacné depuis un peu plus d’un mois. Tous les microkystes ont disparu !!!
    Durant le traitement, j’etais sous Triafémi (pilule qui joue sur l’acné).
    Ma dermatologue m’a dit que je pouvais arrêter cette contraception. Mais j’ai peur de l’arrêter et de « rechuter »… (Sachant que je ne veux pas non plus garder une pilule, n’ayant pas besoin de contraception)
    As-tu arrété tout de suite apres Curacné ta pilule pour passer au DIU ?

    Bisous :)

  • Avatar
    Reply Cocorosie 25 juin 2017 at 12 h 52 min

    Merci pour cet article très éclairant et d’une grande qualité. J’ai des OPK et à 34 ans c’est le parcours du combattant pour soigner une acné sévère après arrêt de pilule…j’ai d la tension donc je ne peux la reprendre…et en même temps ma dermatologue me demande de reprendre la pilule pour commencer un traitement roacutane…mais ma gynécologue refusé de me remettre sous pilule…en attendant je ne supporte plus ma peau criblée de boutons et de microkystes disgracieux. Je vous passe les remarques des collègues plus ou moins maladroites : tu galères avec ta peau, c’est bizarre que tu aies une peau comme ça à ton âge etc. Cela me fait du bien de voir que ce que je vis n’est pas un cas isolé…

  • Avatar
    Reply morgane 21 août 2017 at 16 h 25 min

    Coucou, merci pour l’article, j’ai aussi pris le traitement,et je constate une forte chute de cheveux depuis qlq mois, penses tu que cela va s’atténuer?
    Merci :)

  • Avatar
    Reply Marion 31 octobre 2017 at 17 h 18 min

    Bonjour Laëtitita, je suis actuellement dans mon premier mois de Curacne (mon acné est de type Microkyste). Je voulais juste savoir quelle contraception / pilule as tu utilisé lors du traitement et après le traitement ?

    belle soirée à toi.

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 1 novembre 2017 at 17 h 56 min

      Bonjour Marion, j’avais un stérilet :)

  • Avatar
    Reply Alexandra 3 décembre 2017 at 19 h 28 min

    Bonsoir Lætitia, je commence mon traitement de procuta ge 30mg.Ca fait 15j et en effet peau sèche une grosse poussée de bouton les yeux qui brulent et SURTOUT le cuir chevelu qui gratte et bien plus sec moi qui devais les laver tous les jours tellement ils sont gras. Je lis beaucoup que le traitement fait tomber les cheveux sans repousse. Ca me stress ENORMEMENT car j’ai les cheveux très fins,on voit déjàle cuir chevelu à travers et j’ai très peur que cela empire. Tu le notes aussi, est ce quecela s’est calmé, repousse ou pas du tout ?! j’hésite à tout arrêter à cause de ça !
    Merci beaucoup pour ton avis

    • Laëtitia
      Reply Laëtitia 4 décembre 2017 at 22 h 08 min

      Rassure-toi Alexandra, j’ai encore tous mes cheveux ;) Je ne les ai pas perdus pendant le traitement, n’hésite pas à parler de cet effet secondaire à ton médecin.

  • Avatar
    Reply Louise Aubery 13 janvier 2018 at 22 h 43 min

    Hello Laëtitia !

    Merci pour tous les détails que tu apportes sur ton parcours, ca aide beaucoup d’entre nous !

    Je voulais savoir, en arrêtant Diane 35, tu as retrouvé un cycle régulier tout de suite ?
    Car je l’ai arrêté il y a 6 mois, et 3 mois après évidemment, apparition des microkystes en force, perte de cheveux, et pas de règles. Je l’ai donc reprise mais les résultats ne sont pas là, et je pense sérieusement à l’arrêter pour faire Roaccutane directement après. Cela dit, sachant que je n’avais pas mes règles durant les 3 mois où je l’ai arrêté, je ne sais pas si « stabiliser ses hormones » sous Roaccutane est une bonne idée…
    Merci d’avance pour ton retour !

  • Avatar
    Reply Delphine 17 janvier 2018 at 11 h 49 min

    Bonjour Laëtitia !

    Merci pour ce bilan post-Roaccutane !
    J’ai eu ce traitement il y a maintenant 10ans, et là je m’apprête à le reprendre, non pas à cause d’une grosse présence d’acné (j’ai juste quelques boutons pendant la période rouge), mais parce que ma peau est bien grasse, pas nette du tout avec les pores dilatés et autres joies !
    Malgré le fait d’utiliser des produits naturels dont des huiles végétales depuis 3 ans, je suis retournée chez le dermatologue pensant devoir faire un peeling ou des séances de laser et là grosse surprise j’ai besoin de rééquilibrer ma peau :(
    Et comme tu dis parfois cela peut être dû à des problèmes hormonaux ou autres.

    Je voulais te demander si c’était volontaire de ta part que tes articles sur le Roaccutane ne soient plus disponibles ? Ils m’auraient beaucoup intéressé :/

    En tout cas, cet article est top !

  • Avatar
    Reply Halot 23 janvier 2018 at 22 h 04 min

    Coucou les filles
    Je me retrouve bcp dans ton histoire laetitia car pour moi j ai eu les mêmes problèmes de boutons du a l arret de ma pilule pour bébé 1 quand j avais 22 ans pendant la grossesse j avais une peau nickel mais après l accouchement une horreur des boutons sur le visage le dos la total des kystes sous la peau qui me fesait souffrir j ai essayer les traitements au zinc et les crèmes mais rien ne changer. Jusqu’ a il y a 1 ans j ai commencer le procuta avec bcp d appréhension des effets secondaires mais ma dermato était très confiante. Malgré les petits désagréments du traitement sa fait 6 mois que le traitement est terminé et que j ai retrouvé une peau nickel c est pour moi une renaissance une peau de bébé.

    • Avatar
      Reply Laetitia 23 janvier 2018 at 22 h 06 min

      Coucou les filles
      Je me retrouve bcp dans ton histoire laetitia car pour moi j ai eu les mêmes problèmes de boutons du a l arret de ma pilule pour bébé 1 quand j avais 22 ans pendant la grossesse j avais une peau nickel mais après l accouchement une horreur des boutons sur le visage le dos la total des kystes sous la peau qui me fesait souffrir j ai essayer les traitements au zinc et les crèmes mais rien ne changer. Jusqu’ a il y a 1 ans j ai commencer le procuta avec bcp d appréhension des effets secondaires mais ma dermato était très confiante. Malgré les petits désagréments du traitement sa fait 6 mois que le traitement est terminé et que j ai retrouvé une peau nickel c est pour moi une renaissance une peau de bébé.

  • Avatar
    Reply ESTELLE 20 août 2018 at 14 h 11 min

    Bonjour Laetitia,
    Je pense que ca fait bien 3ans que je cherche ce genre de témoignage, je me suis tellement retrouvée dans toute ton histoire.. Que je me suis dit enfin  » Ca y’est quelqu’un qui peut me comprendre », avoir l’appréhension chaque matin de me lever et de voir de nouveaux boutons, avoir les larmes aux yeux quand on se maquille car on se dégoute a tel point qu’on a plus gout à rien, peur des sorties entre amis car on veut pas qu’on nous voit comme ca, en plus de ca la peau grasse qu’on essuie et qui enleve tout ce qu’on a pu faire pour s’arranger… les soirées gachés car on veut juste paraître transparente.. Car personne ne comprend le mal et la souffrance interieur que l’on peut avoir, ni gynéco, ni dermato … On perd tout espoir ..

    J’ai un long parcours comme le tiens, avec Effizinc, crème, pilules, Androcure Oromone … Puis J’ai fait 2 cures roaccutane, deux de 6 mois qui n’ont pas vrmt fonctionné mais qui limite les grosses rechutes que j’ai pu connaitre.. j’ai fait du cholestérol durant mes traitement ce qui fait que j’ai pas pu les faire très longtemps, donc pour le moment je fais avec on verra la suite..

    En tout cas merci à toi. Savoir qu’on est pas seul déjà me fait un bien fou ..
    Personnellement j’ai arreté le lait de vache, uniquement Epeautre et Avoine et mon grain de peau est amélioré .. Si cela peut aider aussi ..

    Bonne continuation et que de bonnes choses arrivent pour toutes les filles comme nous ..

    Estelle

  • Laisser un petit mot